Bienvenue sur One Last Hope.
En espérant que vous vous plairez parmi nous.
Soutenez le forum
En votant , , , , vous gagnerez des points !
Nous recherchons en urgence :
James Charming, Snow White, Cora Mills, Zelena Mills, Maléfique.
Poster sur Bazzart & PDR
clique & clique pour faire venir des copains !

Partagez | 
 

 La Méchante Reine Regina ~ I Always Believe That Evil Isn't Born, It's Made ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❦Entrée : 11/08/2014
❦Doublons : 431
❦Sortilèges lancés : 424
❦Magic Formula :





The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Sorcière diabolique
❦LOVE: Robin Hood mais c'est un secret
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: La Méchante Reine Regina ~ I Always Believe That Evil Isn't Born, It's Made ~    Lun 29 Déc - 1:15



The Evil Queen Regina
Evil Isn't Born, It's Made


Redigez votre parchemin.
Je suis un génie, chanteur, magicien !
Oyez ! Oyez ! Veuillez m’introduire au sein de la forêt enchantée, je me nomme Regina Mills, mais vous pouvez également m’appeler La Méchante Reine. Pour votre information je suis originaire de La Forêt Enchantée Mais vous devez déjà avoir entendu parler de moi, dans Blanche-Neige et les sept nains qui narre mes illustres aventures ! Non ? Comment est ce possible ? Ne vous jouer pas de moi j’ai de la magie noire et très puissante pour me défendre !

N'hésites pas à m'envoyer une carte, un parchemin, un nuage de fumée le 1 er Février, il y a de cela plus d'une cinquantaine d'année, et je t'inviterai autour d'une tasse de thé pour célébrer mon anniversaire. Et oui, ce qui veut dire que j'ai 34 ans, je suis pas mal conservée, n'est ce pas ? Mon amour… Non, je ne t’ai pas vu au beau milieu d’un rêve, puisque… il n'existe pas, c'est un leurre.

Comme a vous avez du le comprendre, je suis Hétérosexuelle et je suis présentement Veuve et célibataire. Oh et j’oubliais, je souhaites rejoindre I Just can't wait to be King parce que je sais que se sont les plus forts, les plus sexy.. Les meilleurs quoi ! Sinon, on m’a déjà dit à plusieurs reprises que je ressemblais à Lana Parrilla, non, non, non, je ne veux rien entendre, taisez vous, je suis unique !


Viens tenter ta chance !

Partir là bas, je donnerai tout ce que j’ai pour partir d’ici.

Halte là ! La méchante reine à imposé à chaque nouvel habitant un formulaire pour rejoindre les terres de la forêt enchantée…

Question 1 : As tu déjà entendu parler de la guerre qui oppose Blanche Neige et la méchante Reine ? Bien… Dans ce cas là tu ne peux pas être blanc comme neige sans mauvais jeux de mots, tu dois bien avoir un avis, tu es plutôt pour quel camp ?

Bien sûr que j'en ai déjà entendu parler de celle-ci, c'est moi et moi seule, qui la commencer avec cette idiote niaise. Je suis dans mon camp et je m'y plais. Blanche-Neige est le vrai monstre, il faut me croire et me rejoindre !  

Question 2 : Si tu devais passer un pacte avec le Ténébreux, bref, Rumple quoi, que lui demanderai tu ? Et surtout, quel prix paierai tu ? Quel sacrifice serait tu prêt à faire ?

Etant son élève, je lui demande un tas de service et je lui paye toujours autant. Vous savez , je n'ai plus rien à perdre alors le prix ne me fait pas peur. Je serais prête à tout si il me donnait une solution radicale pour éliminer Blanche-Neige et les idiots

Question 3 : T’as déjà été faire un tour au sein d’autres royaumes ? Et t’en penses quoi ? L’herbe est elle vraiment plus verte ailleurs ou tu te sens chez toi dans la Forêt Enchantée ?

J'ai déjà fait pas mal de royaume mais je préfère le miens, là où je peux exercer mon pouvoir en toute quiétude. De toute manière, le paysage des autres ne m'intéresse guère.

Question 4 : Et la magie alors ? Tu as bien un avis… Plutôt pour ? plutôt contre ? Un avis mitigé ? Que celui qui n’a jamais eu envie de jeter un boule de feu dans la tronche de son copain me jette la première pierre.

Vous demandez ça à La Méchante Reine ! Je suis pour évidemment, ma magie et ma colère est tout ce qu'il me reste avec mon trône. La magie me permet de régler tous mes problèmes, c'est grâce à ça qu'on me craint.  

Question 5 : Si ta vie était en danger au cotés de ceux que tu aimes ou de tes amis… Serais-tu plutôt du genre à sacrifier ta propre vie ou celle des tiens pour sauver ta propre peau ?

Autrefois, j'aurais sacrifié ma vie pour ceux que j'aimais ou même un inconnu mais maintenant, je n'aime plus vraiment les gens, je les hais même alors je préfère qu'ils périssent. Mieux vaut eux que moi


pseudo : Luna ici ⊱ prénom : Audreyâge : 17 anssexe : Filleaime : lire, écrire, jouer au rpg , regarder des séries tels que OUAT, The Originals , The Tudors. Monter à cheval déteste : Le sport, les hypocrites, les perturbateurs  ⊱ conte favori : La Belle et la Bête ou Alice aux pays des merveilles, Robin des Bois et récemment La Reine des Neigecomment as-tu connu one last hope : Je suis admin icivos impressions : C'est magnifique, mes collèges ont fait un magnifique boulotun dernier mots : Attention je mords.



True Love Exist
She was strong, She was crazy, She wasn't simple. And when she was down,  She got right back up. She was a beast i n h e r o w n w a y . But one idea describes her best. She was u n s t o p p a b l e, And she took everything she wanted with a smile.
(c)LUCKYRED.


Dernière édition par Regina Mills le Mar 6 Jan - 1:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 11/08/2014
❦Doublons : 431
❦Sortilèges lancés : 424
❦Magic Formula :





The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Sorcière diabolique
❦LOVE: Robin Hood mais c'est un secret
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: La Méchante Reine Regina ~ I Always Believe That Evil Isn't Born, It's Made ~    Lun 29 Déc - 1:16



Once Upon A Time
Rêve ta vie en couleurs, c’est le secret du bonheur !


Qui n'a jamais rêvé de lire l'histoire de la plus grande et cruelle des reines de tous les temps ? Tout le monde. Quelle est la véritable raison de sa haine envers sa charmante belle-fille ? Personne ne le sait à part les principales intéressées. Qu'est-ce qui la poussait à commettre de tels folies pour une haine ? Tout le monde en a avide de le savoir. Voilà ce que cette histoire va vous conter, celle de La Méchante Reine, sa véritable histoire qui est loin d'être un conte de fées. Ecoutez ce récit, prenant pitié pour cette douce enfant qui a du grandir trop vite dans un monde cruel et sanglant.

Chapitre 1: The Childhood

C'est lors d'une nuit d'un hiver rude, que je naquis sur les terres de mon père, le prince Henry, cinquième prétendant au trône de mon cher grand-père, le roi Xavier. Ma mère n'était qu'une simple paysanne avant qu'elle use de la magie pour gagner la cour royale et un titre de noblesse. Elle m'avait nommé Regina, car ma mère savait pertinemment ce que j'allais devenir lorsque je serais assez grande. Une reine. C'était ainsi que je passais mon enfance, elle n'a été que protocole et précepteurs. J'étais seule dans ce château et peu de personne avec qui parler. Ils craignaient ma mère et sa magie obscure. J'en avais tout autant peur, je la craignais autant que je l'aimais. Hélas, j'avais beau essayé de l'ébranler, ma mère Cora restait un modèle de dureté et de cruauté. Le plus souvent, je me faisais malmenée par elle et sa puissante magie. J'en souffrais de ses mots, de ses gestes brutales envers moi, de sa froideur. Bien sûr comme toute petite fille, je rêvais de marcher dans ses pas. Je rêvais qu'elle m'aime comme une mère le devait à son enfant. Mais chacune de mes tentatives se résolvaient par de la magie ou une critique froide à mon égard. J'étais triste et seule dans mes appartements. Malgré l'affection que mon père éprouvait à mon égard, il n'a jamais été un grand secours lorsque ma mère s'amusait sur moi avec sa magie. Combien de fois m'avait-il conté des histoires sur un père combattant des dragons puissants pour sauver leur fille bien aimée ? Un milliers de fois. Il était clair, qu'il n'était pas ce genre de père malgré que la noirceur de ma mère commençait à déteindre sur moi. Il essayait de me rassurer, de me consoler, de me soigner. Mais la blessure d'une enfant qui n'a jamais eu un seul geste tendre de sa mère était une des celle qui ne guérissait jamais. J'avais tout tenté pour que ma mère m'aime enfin, qu'elle me témoigne de l'affection, quitte à appeler le service de la fée. Je m'étais mise devant la bonne étoile et l'avait appelé avec tout mon désespoir, mais jamais la fée était venue pour m'aider. J'avais tout simplement 7 ans et une cicatrice était venue me barrer la lèvre lorsque ma mère avait surprise la supercherie de ma petite virée. De nombreuses choses m'étaient arrivée, chaque insolence, virait au cauchemar. Une fois, elle avait tenté de me noyer lorsque j'apprenais à nager ou même m'enfermer pendant des jours dans ma chambre, cela a toujours été ainsi et mon côté rêveur était sorti pour oublier ma triste existence, mon père n'étant quasiment jamais là et ma cruelle de mère en était omniprésente et me haïssais. A travers de ma fenêtre de chambre, je voyageais , imaginant le monde que je pourrais découvrir pour me sentir bien, de fonder un foyer et d'avoir un homme qui m'aimait juste pour moi comme dans les narrations de mon père. Je souffrais et personne ne le voyait, ou ne voulait le voir. Mon coeur se serrait devant cette triste image car je pensais que je ne méritais pas cela.

Chapitre 2 : A Stable Boy

J'ai grandi depuis tous ses fameux épisodes bien mes rêves demeuraient dans mon esprit , vivait en moi, je brillais par l'espoir de pouvoir m'échapper de ma prison. L'équitation fut le meilleur moyen. J'ai toujours adoré monter à cheval, cela me faisait sentir libre , faisait revivre ma part de bonne enfant en moi. Monter à cheval me rendait heureuse et Roccinante me comblait de joie. Cette belle jument alezanne me rendait fière. Tout le monde voyait la différence de mon attitude, je semblais revivre, mon coeur battait, vivait avec mes espoirs, mes rêves et mes chevauchés. Ma bonne humeur n'était pas que le fait de monter à cheval. Non, bien au contraire, j'avais rencontré un bel homme, mon garçon d'étable. Daniel. Dès le premier regard, mon coeur s'était mis à battre à la chamade et une alchimie s'était créée . Un véritable amour, et il faisait battre mon coeur follement, je me sentais heureuse avec lui, forte, invincible, c'était sur lui que je me reposais. Je lui racontais mon enfance. C'était un amour pur, sincère et intense. Je l'aimais comme jamais, je n'avais aimé un homme. Son regarde me donnait de la force et une lumière dans ma vie obscure. Nos cours se soldaient par des baisers enflammés. J'avais su dès le premier regard, qu'il serait l'homme de ma vie et que c'était le destin qui nous avait réuni. Il était mon véritable amour. Mais il avait fallu que j'ai un coeur rempli de bonté pour tout gâcher. Une fois, lorsqu'on s'était retrouvé sur la colline, derrière notre pommier qui scellait notre amour, c'était là, où il m'avait embrassé la première fois, où on avait gravé nos initiales sur le tronc. Un accident, une rencontre. J'avais sauvé sans le savoir le pire démon que j'aimais rien que le premier regard. Blanche-Neige. Je l'avais sauvé d'une mort et ses yeux terrifiés m'avaient transpercé le coeur. Je n'aurais jamais du la sauver, sans le savoir, je venais de me créer une destinée bien plus horrible que mon enfance. Sans le savoir, je venais de me donner une destinée qui allait me faire devenir folle.

3 jours après le sauvetage de la charmante Blanche-Neige, le roi Léopold était venu me voir pour me remercier. Avec toute la modestie dont j'étais capable, j'étais restée humble. J'avais même éprouvé un peu de compassion pour ce vieillard. Il avait l'air bon et honnête, juste envers son peuple mais il avait fallu qu'il demande ma main pour que je devienne sa femme. Paniquée, et horrifiée , j'ai vu ma mère la donner sans aucune hésitation, elle m'avait même laissé un regard menaçant et rempli de froideur. Le soir venu, j'étais allée voir Daniel, mon amour, l'homme de ma vie. J'avais peur et j'étais paniquée, je ne voulais pas me marier à un homme qui était plus vieux que mon père. Je n'avais que 16 ans , j'avais des rêves et des espoirs plein la tête, voulant les vivre avec mon amour qui était sur le point d'exploser lorsqu'il m'avait donné une anneau de selle pour sceller notre promesse de mariage. Je voulais me marier avec lui et pas avec un autre. Hélas, Blanche étai là et elle nous avait vu nous embrasser avec un amour si intense que mon coeur s'était gonflé d'amour. Je lui avais expliqué la raison, celle que je ne pouvais pas devenir sa belle-mère. J'étais encore un enfant, pourquoi me demander de m'occuper d'un autre enfant qui avait juste 6 ans moins que moi. On avait scellé une promesse mais ce qui allait arriver, allait me détruire complètement et j'ai pu que la jeter sur elle.

Le soir de ma fugue, je fus contente et heureuse de le retrouver, de le revoir sans douter que cela serait la dernière fois, qu'il m'embrassera, qu'il m'aimerait et me rassurera. Mes espoirs et mes rêves étaient sur le point de se concrétiser et devenir une réalité. Plus de baisers volés, une vraie liberté pour nous. Ma mère était intervenue et j'avais cru, un seul instant dans notre face à face, qu'elle allait me laisser partir avec lui, vivre mon grand amour. J'avais cru qu'elle pourrait aimer Daniel comme son gendre mais lorsque je vis le même châtiment, qu'elle réservait aux domestiques qui la désobéissaient, j'avais compris. Daniel était mort et mon coeur s'était brisé, complètement. J'ai vu tous mes rêves et mes espoirs se briser un à un. Je voyais la lumière de vie s'éteindre dans ses yeux tandis que je tentais de le sauver avec un baiser du véritable amour, mon coeur m'était douloureux, voulant mourir avec lui. La lumière de son amour qui vibrait dans mon coeur, s'était éteint et je me suis sentie mourir à mon tour.

La seule chose que je voulais faire, c'était de le rejoindre, de ne plus avoir à souffrir aussi brutalement, d'une façon horrible.

Chapitre 3 : A Horrible Wedding

Je fus obligée de me marier avec le vieillard Léopold, le roi qui avait la cinquantaine et moi, je n'avais pas la vingtaine. Mon coeur saignait encore, toutes mes tentatives de partir , s'était résolues par un échec, ma mère et sa magie en était la cause. Mon coeur ne cessait de pleurer la perte d'une belle vie, de Daniel, mon tendre amour. J'étais en colère et morte de chagrin. Contre le monde entier, je l'étais et personne ne bougeait. Personne ne s'était dit qu'une jeune fille aurait dû trouver un homme de son âge, vivre heureux pour toujours. Seule dans mes appartements, ma colère et mon chagrin s'agrandissait, mon coeur saignait d'une hémorragie interne. Je me sentais mal, vraiment mal. J'avais l'impression de mourir à chacune de mes respirations, de mes pas. Ma tristesse et mon désespoir m'avait poussé à passer un marché avec Rumplestilskin . Le soir de mon mariage fut la nuit plus horrible, j'avais perdu ma mère, ma dignité, mon véritable amour, mon bonheur et ma vertu. Le roi m'avait tout pris ainsi que sa fille. Je n'avais plus rien que ma colère et ma tristesse pour me faire vivre.

Des années passaient, et je me sentais seule dans ce château, le roi partait souvent en voyage et me laissait seule. Petite reine, je régnais mais le château restait désert. Parfois il revenait et me gratifiais un tant soit peu de compagnie dans sa chambre. Ce genre de soirées, je les haïssais car je devais faire mon devoir conjugal au lit avec lui. Je n'arrivais pas à le faire. Il ne me touchait pas, il touchait Eva. Il murmurait son nom dans mon oreille et je devais le supporter. Il voulait un héritier de ma part mais je n'ai jamais voulu lui donner. Souvent, il repartait le lendemain en espérant une meilleure nouvelle sur une grossesse ou autre. Jamais, je n'allais lui donner un enfant, je me protégeais pour cela, même si mon coeur se noircissait à vu d'oeil avec les cours de Rumplestilstskin. J'étais seule, personne ne faisait attention à moi, j'étais la reine mais je n'était qu'une prisonnière condamnée à vivre avec un homme qui était âgé de trois fois plus que mon âge, lui donner tout ce qu'il désirait alors que son coeur ne battait que pour une autre. La plupart du temps, Blanche-Neige était mélancolique, et ne me parlait que de sa mère Eva et ce qu'elle aimait faire avec elle. Pour moi, tout était simple, j'étais une remplaçante pour remplacer l’irremplaçable. Mon coeur était toujours douloureux, brisé à tout jamais. La colère et le désespoir me faisait vivre. C'était tout ce qu'il me restait, ce que le roi et sa princesse gâtée  ne m'avaient pas pris. Rumplestilstkin me manipulait mais je le laissais faire car j'avais envie du pouvoir, qu'on voit ce que je pouvais faire. J'aimais la magie plus que tout.

Peu de temps après cela, le roi avait cessé de visiter ma couche, il en avait marre d'essayer et d'en ressortir plus déçu que jamais. Un soir lors de l'anniversaire de Blanche-Neige, je rencontrais un homme. Un bel homme qui me montrait de l'attention, qui me regardait avec des yeux doux et remplis de promesses. Mon coeur qui avait perdu de l'espoir , venait de se regonfler. On avait bien bu et rigoler. Pour la première fois, je sentais qu'un autre homme pouvait m'aimer, malgré mon coeur qui se noircissait continuellement. Je pensais qu'il pouvait m'aimer, je lui ai même donné mon coeur, il m'avait promis, qu'il reviendrait pour me chercher et m'emmener avec lui , voyager le monde, m'aimer comme un homme le devrait faire. Le lendemain, je l'avais attendu pour qu'il vienne me chercher, comme il me l'avait promis. En une soirée, mon coeur s'était réchauffé avec de l'espoir et des rêves d'une liberté. Jamais, il était venu, il m'avait laissé, profiter de ma couche et de mon corps, de ma vulnérabilité, ma solitude pour se vanter d'avoir eu la reine.

Peu de temps après, l'espoir revint lorsque j'ai appris que j'étais enceinte de l'homme qui avait en une nuit me redonner de la force, de l'espoir et un enfant. Dès que je l'ai su, j'étais heureuse et j'avais aimé cet enfant. Je l'ai aimé comme jamais  je n'ai aimé une personne même avec Blanche-Neige , je devenais aimante. La rage avait été remplacée par l'amour envers ce petit être qui grandissait dans mon ventre. Je l'aimais, mon coeur s'était gonflé d'amour envers ma chair et mon sang. Enfin, je n'étais plus seule, j'avais mon enfant. Je passais mes journées à me balader dans les jardins, aimant cet enfant plus que tout mon coeur, mon âme. La douleur des pertes que j'ai , disparaissait pour laisser place à un amour pure et sincère, intense. Je rêvais d'une petite fille brune courant dans les jardins, dans une robe de princesse, moi la poursuivre, l'aimant plus que tout. Une belle princesse nommée Alice.  Mais le roi Léopold ne voulait pas de cet enfant, de ce bâtard. Des pourparlers avaient été mises en place et je n'ai pu dire un mot sur l'enfant que je portais, Léopold avait décidé de l'envoyer loin de moi, une fois le bébé né. Je ressentais mon coeur se contracter dans ma poitrine et se briser. Ainsi les derniers mois , je restais mélancolique, triste et en détresse. Mon père n'avait pas voulu me défendre, tandis que mon ventre s'arrondissait, je voyais mes rêves se briser, mon coeur se détruire en miette. J'avais tout fait, j'avais aimé cet enfant.

Mon accouchement a été dur et très douloureux, ma tristesse et ma douleur mentale rendaient la chose encore plus douloureuse. Lorsque le bébé poussait son premier cri, les sages femmes me disant que c'était une fille. Mon envie me piquait et je tendis mes bras pour la prendre au moins une fois dans mes bras et de garder le souvenir de mon enfant, de son visage, de ses yeux. Mais le roi était intervenu et avait pris mon enfant sans que je le puisse la tenir, la voir. J'avais juste eu le temps de hurler son prénom : Alice. En mémoire d'une petite fille de domestique qui m'avait servi mais ma mère l'avait tué. Les jours suivants, j'étais comme morte, je regardais sans cesse la porte pour voir le roi revenir avec ma fille, que tout cela était une farce. Mais il n'était jamais venu me voir avec mon enfant. Elle était partie sans même pu savoir que sa véritable mère l'aimait comme jamais.

Tout s'était enchaîné très vite, mes cours de magies, je devenais de plus en plus puissante de jour en jour, plus ténébreuse et en colère que jamais. Je voulais tuer mon mari plus que tout, il m'avait pris ma vertu, ma liberté, ma jeunesse, ma fille, ma bataille. Il aurait pu la prendre pour une héritière, pour sa propre fille. Non, il n'avait pas voulu. Je voulais me venger d'eux, de ce qu'ils m'avaient pris, ce qu'ils m'avaient volé. Je devais leur prendre ce qu'ils avaient de plus cher. J'ai rencontré une fée lorsque j'avais 25 ans, toujours endeuillée par la perte de Daniel et de ma fille, ivre de rage envers le roi et sa fille. Une fée , j'ai rencontré une fée qui m'avait dit que je pouvais aimer de nouveau mais ma colère a été la plus grande chose. Je ne voulais plus aimer. Tous les gens que j'aimais , finissaient par me quitter, en quoi cet homme aurait-il été différent ?

Lors de mes 30 ans, j'avais rencontré un génie, que j'avais manipulé à ma guise, le forçant à tuer mon mari enfin, j'étais libre, j'avais le pouvoir, le trône , la liberté. Enfin, je pouvais tuer Blanche-Neige sans aucune hésitation. Mais la perte des deux grands amours de ma vie avait laissé qu'un trou béant dans mon coeur. Je n'avais plus rien à perdre, la seule chose qui me poussait à vivre, c'était de tuer Blanche-Neige.

Chapitre 5 : Long Live The Evil Queen

Au départ, je ne voulais pas être une méchante, je voulais juste la justice. On m'avait pris ma fille, mon véritable amour , ma liberté. Je devais lui reprendre cela. A cause d'elle, j'avais tout perdu. Je devais qu'elle perd cela ! Peu à peu , j'étais devenue La Méchante Reine, avide de vengeance et de haine envers le monde entier pour m'avoir enlevé les personnes que j'aimais le plus au monde. J'étais cruelle, décimait des villages, rien que pour avoir la peau de Blanche-Neige mais à chaque fois, chaque tentative fut un échec et elle se mariait avec son prince charmant. J'avais essayer de faire le sort noir, la pire malédiction qui n'avait jamais existé, n'avait pas fonctionné, j'avais tué mon père pour un rien. Plus seule que jamais, sous l'emprise de la malédiction de Maléfique, qui m'empêchait de vieillir , je me rabattais sur la guerre avec Blanche-Neige. Je ne cessais de me jurer que je devrais détruire son bonheur pour que je le sois à mon tour. C'était à mon tour d'avoir le bonheur, celui qu'elle m'avait enlevé. Je voulais venger ma fille, mon père, mon Daniel. C'était la seule chose qui me restait.

" Je jure de détruire ton bonheur, même si c'est la dernière chose que je fais"




Et complètement raplapla !

Il y a de cela fort longtemps, j'avais été une petite fille extravertie, rêveuse d'aventure et de liberté, des mondes à découvrir, aimant chevaucher pendant des heures. Mais au jour d'aujourd'hui, je suis devenue une femme amère et de ce qu'on dit " sans coeur ". Ils n'ont pas vu que j'ai un coeur brisé et que je suis en colère car je souffre quotidiennement de solitude et de mes blessures. Je mets toujours mon visage impassible et froid. Je peux tuer sans aucune pitié, je peux être féroce, violente parfois envers le monde entier. Je suis une avide du pouvoir et j'utilise ma magie pour mon propre intérêt, je suis une femme déterminée et avide de vengeance, ne pensant qu'à ça car je n'ai plus rien d'autres à faire. Au fond, je suis fidèle, loyale ,voulant juste être heureuse et avoir ce que je mérite le plus une fin heureuse. J'ai parfois un humour noire et sarcastique, je préfère me cacher derrière ma cruauté et ma vengeance plus qu'autre chose cependant.



True Love Exist
She was strong, She was crazy, She wasn't simple. And when she was down,  She got right back up. She was a beast i n h e r o w n w a y . But one idea describes her best. She was u n s t o p p a b l e, And she took everything she wanted with a smile.
(c)LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

La Méchante Reine Regina ~ I Always Believe That Evil Isn't Born, It's Made ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Evil isn't born, it's made ¤ Regina Mills
» Quand la belle fille de la Méchante Reine joue à l'apprentie sorcière [Snow]
» Mighty Sparrow fè yon bèl chante: Barack the magnificent
» Un oiseau qui chante....
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Last Hope ::  :: Mirror Mirror on the wall :: Loading-