Bienvenue sur One Last Hope.
En espérant que vous vous plairez parmi nous.
Soutenez le forum
En votant , , , , vous gagnerez des points !
Nous recherchons en urgence :
James Charming, Snow White, Cora Mills, Zelena Mills, Maléfique.
Poster sur Bazzart & PDR
clique & clique pour faire venir des copains !

Partagez | 
 

 rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité
Invité

MessageSujet: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Lun 5 Jan - 23:56



Rumplestiltskin
If I have to choose between everyone else and me, me wins every time


Redigez votre parchemin.
Je suis un génie, chanteur, magicien !
Oyez ! Oyez ! Veuillez m’introduire au sein de la forêt enchantée, je me nomme Rumplestilstkin, mais vous pouvez également m’appeler le Ténébreux ou tout simplement Rumple. Pour votre information je suis originaire de la Forêt Enchantée Mais vous devez déjà avoir entendu parler de moi, dans les contes du Nain Tracassin, de la Belle et la Belle & de Peter Pan qui narrent mes illustres aventures ! Non ? Comment est ce possible ? Ne vous jouer pas de moi j’ai de la magie noire, des potions hautement dangereuses, en plus d'être dépourvu de tout respect à l'égard de la vie humaine en général pour me défendre !

N'hésites pas à m'envoyer une carte, un parchemin, un nuage de fumée le cinq novembre, et je t'inviterai autour d'une tasse de thé pour célébrer mon anniversaire. Et oui, ce qui veut dire que j'ai plus de 300 ans, je suis pas mal conservé, n'est ce pas ? Mon amour… Non, je ne t’ai pas vu au beau milieu d’un rêve, puisque… je n'ai plus d'amour à qui rêver, désormais. Les deux premières femmes que j'ai aimées ont choisi quelqu'un ou quelque chose d'autre que moi, d'où mon amertume et mon cynisme vis-à-vis ce sentiment toxique. Quant à la dernière femme qui a croisé ma route, eh bien ma fierté et ma lâcheté ont eu raison de moi - une fois n'est pas coutume - et on m'a rapporté qu'elle s'était donnée la mort suite à d'atroces souffrances. Vous n'avez pas idée à quel point je me déteste pour ce que j'ai fait, ou plutôt pour ce que je n'ai pas fait, mais il est désormais trop tard pour revenir en arrière. Enfin, ça ne fait qu'ajouter un regret supplémentaire à ma longue liste de regrets. Un de plus, un de moins, il n'y a guère de différence..

Comme vous avez du le comprendre, je suis hétérosexuel et je suis présentement veuf, et ce, depuis pas mal de temps déjà. Oh et j’oubliais, je souhaites rejoindre I just can't wait to be king parce que je sais que se sont les plus forts, les plus sexy.. Les meilleurs quoi ! Sinon, on m’a déjà dit à plusieurs reprises que je ressemblais à Robert Carlyle, non, non, non, je ne veux rien entendre, taisez vous, je suis unique !


Viens tenter ta chance !

Partir là bas, je donnerai tout ce que j’ai pour partir d’ici.

Halte là ! La méchante reine à imposé à chaque nouvel habitant un formulaire pour rejoindre les terres de la forêt enchantée…

Question 1 : As tu déjà entendu parler de la guerre qui oppose Blanche Neige et la méchante Reine ? Bien… Dans ce cas là tu ne peux pas être blanc comme neige sans mauvais jeux de mots, tu dois bien avoir un avis, tu es plutôt pour quel camp ?

Avec la réputation de vilain qui me précède, réputation qui est tout à fait fondée soit dit en passant, il est facile de croire que je suis dans le camp de cette chère Regina. Ne dit-on pas, après tout, que ceux qui se ressemblent s’assemblent ? Pourtant, contrairement à ce que l’on peut penser, je ne suis nullement engagé dans cette bataille épique entre le Bien et le Mal. Je me contente d’observer, un grand sourire imprimé sur mes lèvres, les belligérants avancer leurs pièces sur l’échiquier, prêtant un coup de main à l’un et à l’autre si cela m’est utile – en échange d’un service ou d’un objet susceptible de m’intéresser, naturellement. Il ne faut pas oublier que tout a un prix en ce monde – et dans tous les autres mondes, en fait.

Question 2 : Si tu devais passer un pacte avec le Ténébreux, bref, Rumple quoi, que lui demanderai tu ? Et surtout, quel prix paierai tu ? Quel sacrifice serait tu prêt à faire ?

Oh, qu’est-ce que je pourrais bien me demander à moi-même, en voilà une drôle de question ! Mais je veux bien jouer le jeu pour la question. Voyons voir. À bien y réfléchir, la seule chose que je désire réellement est un moyen, peu importe lequel, de retrouver mon fils Baelfire, qui erre dans un autre monde depuis plus d’une centaine d’années. Je sais que je vais le retrouver un jour, puisqu’une voyante me l’a confirmé, mais j’ignore quand cela se fera. Quant au prix à payer pour obtenir ce que je veux, je suis tenté de répondre n’importe quoi tant que je suis satisfait au bout du compte, mais il est si facile de berner les gens avec une telle réponse que je vais me contenter d’un « tout dépend de ce que le Ténébreux désire en échange ». J’ai déjà été roulé par le Ténébreux, dernier du nom, alors désormais, ma prudence frôle la paranoïa quant aux marchés que j’accepte.

Question 3 : T’as déjà été faire un tour au sein d’autres royaumes ? Et t’en penses quoi ? L’herbe est elle vraiment plus verte ailleurs ou tu te sens chez toi dans la Forêt Echantée ?

Outre la Forêt Enchantée, que j’ai déjà parcourue de fond en comble de par mes nombreux voyages ici et là, j’ai foulé le sol du Pays Imaginaire et du Monde Sans Couleur. Pour être honnête, quel que soit le monde dans lequel je me trouve, j’ai réalisé avec le temps que cela ne change rien et que les gens que je croise demeurent tous les mêmes, avec simplement des visages et des noms différents. Car tous aspirent à quelque chose – l’amour, le pouvoir, la richesse, la famille, la vengeance et que sais-je d’autre encore – et tous sont prêts à payer un certain prix pour l’obtenir. Alors le décor qui m’entoure m’est un peu égal ; ce n’est au fond que des artifices et des superficialités.

Question 4 : Et la magie alors ? Tu as bien un avis… Plutôt pour ? plutôt contre ? Un avis mitigé ? Que celui qui n’a jamais eu envie de jeter un bole de feu dans la tronche de son copain me jette la première pierre.

La magie, j’en ai besoin. J’y suis dépendant, malgré moi et comment en pourrait-il être autrement ? Je puis désormais me déplacer sans me fatiguer et subvenir à mes besoins sans me tuer quotidiennement au travail, d’autant plus que c’est le seul moyen que je connaisse pour me défendre. Grâce à la magie et à mon statut de Ténébreux, il n’y a plus personne qui ose me persécuter ; tous me craignent bien trop pour cela. En plus, je suis débarrassé à jamais de mon handicap physique – ma jambe boiteuse – qui n’était pour moi que le rappel constant et douloureux de qui j’étais autrefois : un homme lâche, faible et mal-aimé de tous. Enfin, je dis « autrefois », mais après réflexion, je suis toujours cet homme. Je ne suis tout simplement plus faible.

Question 5 : Si ta vie était en danger au cotés de ceux que tu aimes ou de tes amis… Serais-tu plutôt du genre à sacrifier ta propre vie ou celle des tiens pour sauver ta propre peau ?

C’est vraiment une question très épineuse, car je suis assez imprévisible lorsqu’il s’agit de jouer les héros, d’abord parce que je n’en suis pas un, et puis parce que contrairement à ce que l’on peut penser, je suis capable, dans une certaine mesure, de prendre des risques pour protéger ceux qui me sont chers. Je précise « dans une certaine mesure », car je ne suis pas prêt à tout, et sacrifier ma vie fait assurément partie de ce « tout ». Je suis beaucoup trop lâche et égoïste pour faire passer les autres avant ma petite personne, la seule exception encore en vie pouvant être Bae – et encore, ce n’est pas certain puisque je l’ai déjà abandonné et déçu une fois, alors qui me dit que je ne suis pas capable de recommencer ? Cela dit, si vous voulez une réponse claire et précise à votre question, écrite noir sur blanc, sans nuance, eh bien autant être franc avec vous : dans un cas de figure où j’aurais à choisir entre ma vie et celle d’un être cher, je choisirais à coup sûr ma propre vie.


pseudo : basket case.prénom : angélique.âge : bientôt vingt-deux ans.sexe : ouais, je veux bien.aime : la musique, l’écriture, les séries, les fanfictions, la culture anglo-saxonne.déteste : beaucoup de choses, mais je ne suis pas d’humeur à me plaindre, pour une fois, donc je saute la question.  ⊱ conte favori : hansel et gretel, le petit chaperon rouge & brave/rebelle.comment as-tu connu one last hope : via bazzart.vos impressions : j’aime, j’aime j’aime.un dernier mots : geronimo.


Dernière édition par Rumplestiltskin le Mer 7 Jan - 4:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Lun 5 Jan - 23:57



Once Upon A Time
Rêve ta vie en couleurs, c’est le secret du bonheur !

« no one comes to see me without a deal in mind. »

Au commencement, Rumplestiltskin avait tout pour être heureux : un père, une mère, un foyer convenable et agréable. La petite famille vivait dans une petite ville plutôt isolée où tout le monde se connaissait et où toutes les rumeurs, des plus enfantines aux plus abjectes, se propageaient plus vite que la peste. Oui, vraiment, le jeune Rumple avait tout pour être heureux. Seulement, il commit un jour une erreur, la pire qui soit, une erreur qui changea le cours de sa petite existence : il sortit du ventre de sa mère. La sage-femme qui prenait soin de la jeune maman rapporta plus tard qu’elle fit de son mieux pour sauver la mère et l’enfant, mais tous comprirent le message implicite : elle avait dû faire un choix entre les deux et elle n’avait pas choisi la jeune femme.

Malcolm, le père du garçon, dut se résoudre à élever par ses propres moyens ce fils qu’il n’avait jamais vraiment désiré. Durant la grossesse, il s’était naïvement dit que sa femme prendrait soin de Rumple, qu’il n’aurait pas à s’en soucier outre mesure, car après tout, n’était-ce pas le devoir conjugal de la femme que de materner les enfants ? Mais maintenant que sa femme bien-aimée n’était plus dans le tableau, ce devoir lui échoirait inévitablement. Malcolm n’avait jamais été un homme responsable – il n’avait jamais gardé un travail plus d’un mois, c’était pour dire – mais pour la femme qu’il avait aimée, il s’était dit « pourquoi pas ». Pourquoi ne pas, en effet, essayer d’être un homme pour une fois ? Pourquoi ne pas essayer de prendre sa vie en main ?

Il essaya. Il échoua. Bien vite, ses mauvaises habitudes de vie prirent le dessus sur ses bonnes résolutions, surtout que sa femme n’était plus là pour le guider et le conseiller. Il sortait volontiers dans les tavernes pour boire et jouer aux cartes dans les rues de la ville jusqu’aux petites heures du matin. Il acquit une très mauvaise réputation de tricheur et fut forcé de quitter la ville, sans quoi on lui ferait tôt ou tard la peau. De nature lâche, il fuit donc, emmenant avec lui son fils Rumple. C’est ainsi que le père et le fils se mirent à voyager sur les routes de la Forêt Enchantée. Il leur était impossible de demeurer plus de quelques semaines à tel ou tel endroit, puisque Malcolm répétait sans cesse les mêmes erreurs, créant encore et encore les mêmes problèmes, pour lui comme pour son fils, qui en pâtissait lui aussi de ne pas pouvoir vivre une vie dite normale.

Un jour, Malcolm confia Rumple à de vieilles dames, toutes veuves depuis quelques années, prétendant qu'il désirait se trouver un bon travail, de façon à offrir à son fils de meilleures conditions de vie. D’ici là, il ne voulait pas se soucier d'avoir à élever un enfant. Cela dit, il offrit une poupée à son gamin - un substitut du réconfort qu'il n'avait jamais pu lui donner, en somme. Rumple l'appela Peter Pan, un nom qu'il trouvait fort amusant. Malheureusement, Rumple surprit quelques semaines plus tard son père à jouer aux cartes. Il lui donc avait menti : au lieu de se chercher un emploi, il perdait son temps à jouer et à parier, comme d'habitude.

Le jeune Rumple, las de cette vie trop mouvementée à son goût, convainquit son paternel de partir ailleurs à nouveau, mais de s'établir pour de bon à un endroit où nul ne les connaîtrait, de façon à pouvoir tout recommencer à zéro. Malcolm eut alors l'idée de quitter la Forêt Enchantée pour Neverland, le pays imaginaire. Le pays des enfants. Ce petit détail, Malcolm sembla l'avoir oublié. Neverland était pour les enfants, non pour les « grandes personnes ». C'est pourquoi il décida de redevenir l'enfant qu'il avait été et d'abandonner son fils unique, qui retourna à la Forêt Enchantée. Il fut adopté par de vieilles dames et apprit à se servir d'un rouet. Il ne revit jamais son père et jamais son père ne revint le chercher.

Il grandit donc dans le petit village de ses « mères adoptives ». Il les aidait à tisser et à coudre et c'est ainsi qu'il apprit le métier qu'il exercerait une fois adulte. Avec les années, les femmes qui avaient pris soin de lui décédèrent, soit de maladie, soit de vieillesse. Étant désormais la seule personne du village à pouvoir fournir des vêtements, des couvertures, des capes et des foulards de qualité, Rumple monta son petit commerce. Même s'il n'était pas l'homme le plus fortuné du royaume, il parvenait à bien vivre et c'est sans doute cela qui poussa l'un de ses voisins, qu'il connaissait depuis l'enfance, à l'inviter à diner, un soir. Rumple accepta l'invitation, mais il n'était pas naïf et se doutait de l'intention cachée derrière ce repas : l'homme avait une fille unique, qui allait bientôt atteindre son dix-huitième anniversaire, l'âge auquel la plupart des jeunes filles du village convolaient en justes noces.

Pour Rumple comme pour Milah, ce ne fut pas le grand coup de foudre dont vantaient les chansons, mais ils se dirent qu'ils finiraient bien par s'aimer, tout au moins par s'apprécier, avec le temps. Et puis, Rumple devait admettre qu'il avait toujours voulu fonder une famille. Bref, les deux jeunes gens se marièrent et, passé le sentiment de malaise, pendant quelques années, ils furent heureux. Malheureusement, la Guerre des Ogres prenait de l'ampleur dans le royaume et chaque homme capable de tenir une épée était vivement appelé à rejoindre les rangs des combattants. Rumple se proposa et comme toute aide était appréciée, on le recruta. Milah craignait qu'il ne revienne pas du champ de bataille, mais Rumple avait déjà donné son nom ; il ne pouvait pas reculer, maintenant. Il était déterminé à prouver qu’il n’était pas un lâche, comme son père l'avait été avant lui. Il ne reculerait pas.

Les troupes avançaient jour après jour vers le refuge des ogres et la tension était palpable au campement de la légion de Rumple. Les itinérants qui traînaient sur les routes étaient recrutés et celles et ceux qui semblaient louches ou dangereux étaient enfermées dans des cages. Parmi eux, il y avait une jeune voyante, dont les yeux étaient incrustés dans les paumes de ses mains. Elle convainquit Rumple, qui passait près d'elle, de lui donner à boire, puis lui révéla qu'il mourrait dans le bataille dès le lendemain et qu'ainsi, son fils à naître ne connaîtrait jamais son père. Rumple, effrayé par une telle prédiction, mais également soucieux que son garçon ne vive pas la même enfance troublée et incertaine que lui, se mutila volontairement la jambe et fut renvoyé chez lui puisqu'il n'était plus utile à personne, désormais.

Le retour à son village prit plus de temps que prévu, puisqu'il était handicapé de la jambe droite et que personne ne lui offrit de monter sur sa charrette. Par-dessus le marché, il dut subir les huées des villageois sur son chemin qui lui reprochaient d'être un lâche et de fuir le champ de bataille. À la maison l'attendait une Milah fort mécontente, déçue et hargneuse, qui berçait dans ses bras un poupon - leur fils. Elle était devenue la femme d'un lâche et en était très malheureuse, fière comme elle était. Ce soir-là, pourtant, Rumple n'était pas si malheureux. Il berçait son garçon, Baelfire dit Bae, en lui promettant de ne jamais l'abandonner, quoi qu'il arrive.

Les années passèrent et Milah devint de plus en plus distante. Le couple battait de l'aile, mais Rumple s'y accommoda. Il avait fui le champ de bataille, il n'y avait pas moyen de revenir en arrière. Parfois, il se disait qu'il aimerait que ce soit possible afin qu'il puisse corriger son erreur, car l'étiquette de lâche l'accompagnait partout où il allait et il lui était difficile, voire impossible de se lier d'amitié avec quiconque. On l'évitait dans la rue, on ne lui adressait la parole que pour passer commande à son échoppe ou pour se moquer ouvertement de lui. Les enfants du village apprirent même à le mépriser. Bref, la vie n'était pas rose pour Rumplestiltskin. Pourtant, il acceptait les insultes et le mépris de ses pairs sans broncher. Il savait qu'il n'était pas seul, il avait son fils, le seul être qui lui souriait et le faisait encore sourire. Le seul être qui lui montrait encore du respect, en fait. Au fond, il n'était pas si malheureux qu'on aurait pu le penser. Cependant, ce n'était pas le cas de Milah.

Durant l'année des six ans de Bae, Rumple réalisa à quel point sa femme était réellement malheureuse avec lui. Il la surprit à la taverne du port, en train de boire et de jouer aux cartes avec une bonne douzaine d'hommes inconnus, alors qu'elle aurait dû être rentrée à la maison depuis des heures déjà. Cela lui rappela douloureusement son père et sa dépendance au jeu, de mauvais souvenirs qu'il avait enfouis et qui surgissaient avec une étonnante cruauté des années plus tard. C'est Bae, qui avait accompagné son père à l'insu de ce dernier, qui convainquit sa mère de rentrer. Tout semblait être rentré dans l'ordre, mais Rumple était un pessimiste dans l'âme. Ce n'était que le calme avant la tempête.

Et il eut raison. Une voisine vint un jour frapper à sa porte pour l'avertir que Milah avait été enlevée par des pirates, ceux-là même avec qui elle avait bu, à la taverne. Rumple se rendit au port le plus vite qu'il put, quelque peu ralenti par sa jambe estropiée, avec le fol espoir de faire entendre raison à l'homme à la tête de ces hors-la-loi. Mais il n'était pas stupide non plus. Comment lui, pauvre tisserand sans aucun don particulier, pourrait-il se mesurer à un homme sans loi ni pitié ? Il devait tout de même essayer. À la limite, Rumple se fichait que sa femme ne veuille plus de lui. Tout ce qu'il voulait, c'était que son fils ait une mère à ses côtés.

Il grimpa à bord du vaisseau, où le capitaine l'accueillit avec moqueries, fortement encouragé par l'équipage. Rumple était habitué d'être la cible de railleries et ce Killian Jones ne serait certainement pas le dernier à l'insulter. N’empêche, il ressentit aussitôt une profonde aversion pour cet homme, qu’il n’avait pourtant vu qu’une seule fois auparavant, c’est-à-dire à la taverne. Cette aversion se confirma lorsque Jones le défia en combat singulier ; s’il gagnait, il pourrait récupérer Milah sans problème, dans le cas contraire il mourrait. Rumple savait que s’il acceptait ce duel, il se jetait dans la gueule du loup, car non seulement n’était-il pas très doué avec une épée, mais en plus il était partiellement infirme. L’issue du combat ne faisait aucun doute. Milah valait-il la peine qu’il se sacrifie ? À la réflexion, non. Elle l’insultait quotidiennement et était de toute façon malheureuse avec lui. Et puis, il n’avait jamais été le genre d’homme prêt à jouer les héros dès qu’on leur en donnait l’occasion. Alors il ne bougea pas, ne ramassa pas l’épée qu’on lui avait donnée. C’est ainsi qu’il perdit sa femme. Lâchement, comme d’habitude. Il expliqua à son fils que sa mère était morte, lui épargnant une vérité peut-être plus cruelle encore, soit que sa propre mère ne voulait plus de lui. Mais c’était le choix de Milah et Rumple ne pouvait rien y changer.

À partir de ce moment, il éleva seul Baelfire. Son étiquette de « lâche du village » prit encore plus d’ampleur : il était non seulement le lâche qui avait fui la Guerre des Ogres, mais en plus le lâche qui avait bêtement perdu sa femme – le comble du ridicule. Pourtant, rien de tout cela n’avait d’importance, tant qu’il avait Bae à ses côtés. Il s’était juré qu’il le protégerait toujours, qu’il resterait à ses côtés, alors c’est ce qu’il ferait. C’est aussi ce qu’il se dit, quelques années plus tard, lorsque la Guerre des Ogres recommença à nouveau. Cette fois, le recrutement était obligatoire, et ce, pour toute personne en bonne santé d’au moins quatorze ans. La limite d’âge avait radicalement baissé depuis la dernière fois, ce qui inquiétait Rumple, puisque son fils lui serait certainement enlevé. C’était la loi du royaume, il ne pouvait que s’y plier… ou prendre la fuite.

Baelfire désirait ardemment combattre et devenir un homme, mais Rumple décida qu’il valait mieux fuir. La guerre apportait son lot d’horreurs sur les combattants et il se doutait que cela détruirait un garçon aussi pur que son fils. Alors le père et le fils prirent la fuite du village, mais en chemin, tombèrent sur Hordor et ses hommes, ceux-là mêmes qui recrutaient de force les villageois. Pour sauver son fils, Rumple dut s’humilier jusqu’à embrasser la botte de cette brute sadique et jamais au cours de sa vie n’eut-il eu plus envie de tuer quelqu’un. C’était réellement la goutte de trop. Mais il ne pouvait rien faire. Il était faible, humilié et sans amis.

Alors qu’il se relevait tant bien que mal, un mendient vint à son secours et lui relata le soir même l’histoire d’une dague magique permettant de contrôler le Ténébreux, qui était au service du Duc en guerre contre les ogres. Il lui précisa que s’il poignardait le Ténébreux avec la dague, ses pouvoirs très puissants lui échoiraient automatiquement – une façon radicale, mais efficace pour protéger Baelfire. Rumple se décida donc à déclencher un incendie dans le château du Duc afin d’y dérober la dague en question. Ceci fait, il commanda au Ténébreux de se montrer, mais mort de trouille, ne put lui commander quoi que ce soit de plus lorsqu’il lui fit face. Rumple, désespéré et craignant plus que tout de perdre son fils, enfonça l’arme dans le cœur de l’être maléfique, libérant ainsi Zoso de son fardeau. C’est ainsi qu’il devint à son tour le Ténébreux.

Pour la première fois de sa vie, il n’avait plus peur : il était désormais celui que les gens devaient craindre. Le sentiment était grisant, libérateur. C’est ainsi qu’il succomba au pouvoir. Plus jamais il ne redeviendrait le lâche dont tout le monde se moquait. Il humilia Hordor de la même manière qu’il avait lui-même été humilié, puis le tua, lui ainsi que ses hommes. Ensuite, grâce à ses pouvoirs nouvellement acquis, il fit cesser la Guerre des Ogres, permettant aux enfants de rentrer chez eux, chez leurs parents. Mais une bonne action ne peut justifier une série de mauvaises actions à venir. Et il était trop tard, de toute façon. Rumple était déjà dépendant de ses pouvoirs et de la magie. Il s’en servait pour mettre fin aux jours de ceux qui faisaient le moindre mal à lui-même ou à son fils. Il effrayait tout le monde, et le pire c’était qu’il y prenait plaisir – contrairement au jeune Bae.

Pour y remédier, Bae acquit un haricot magique de la Fée Bleue, lui permettant de partir et de vivre dans un autre monde, un monde sans magie, où son père redeviendrait le père bon et aimant qu’il avait autrefois été. Rumple n’était toutefois pas très convaincu et emballé par la perspective de quitter la Forêt Enchantée – ici comprendre, ses pouvoirs magiques – mais comme il avait passé un pacte avec son fils, il se devait de le respecter. Mais lorsque le portail s’ouvrit, Rumple prit peur et craignit de redevenir l’homme faible qu’il avait été autrefois. Il était de plus persuadé qu’il s’agissait d’un piège de la Fée Bleue, qui voulait se débarrasser du Ténébreux. Il refusa donc de sauter dans le portail, qui se referma au bout d’un moment, emportant Bae dans un monde inconnu, loin de lui. Aussitôt, Rumple comprit son erreur et exprima le souhait de le rejoindre, où qu’il soit, mais il était trop tard. Baelfire était parti.

Après cet incident, Rumplestiltskin devint plus aigri, cruel et cynique. La perte de son fils lui pesait énormément et il ignorait comment le retrouver, si la chose était possible. Il ressassait de sombres pensées à la taverne près du port, un banal soir d’été, quand un homme l’aborda et lui parla d’un haricot magique qui servait de portail entre les mondes. S’il en acquerrait un, il pourrait sans aucun doute retrouver son fils. Il aurait bien demandé davantage d’informations à ce sujet, mais c’est alors qu’il aperçut Killian Jones et son équipage, de passage apparemment et donc de retour au pays après sans doute bien des aventures en mer. Il l’aborda à l’extérieur de la taverne et Jones ne manqua pas de l’insulter à nouveau, lui donnant le surnom de Crocodile. Mais cette fois, Rumple n’avait plus peur de lui. Il était le Ténébreux, après tout, désormais. Jones lui apprit que Milah était décédée, rappelant à Rumple dans quelles conditions il l’avait perdue. C’est cela qui le poussa à défier Jones dans un duel à l’aube, histoire de terminer celui qu’ils avaient commencé voilà bien des années. C’est Rumple qui remporta le combat et il était sur le point d’arracher le cœur du pirate quand Milah surgit des morts, enfin façon de parler, puisqu’elle n’avait jamais été morte.

Pour sauver la vie de Jones, que Rumple torturait tout en discutant, Milah lui proposa un haricot magique en échange de leurs vies sauves, ce même haricot magique dont l’homme à la taverne lui avait parlé. Rumple accepta, mais comme il désirait d’abord le voir de ses yeux vus, ils durent, tous les trois, monter à bord du bateau – le Jolly Roger – puisque c’était un prisonnier – l’homme de la taverne – qui l’avait en sa possession. Une fois que Rumple vit que le haricot était bien en leur possession, il aurait pu quitter le navire et laisser Milah et Jones vivre heureux pour l’éternité, mais ce n’est bien sûr pas cela qui se passa. Il demanda à son ex-femme comment elle avait pu abandonner Bae, sans préciser que c’était lui-même ce qu’il avait fait des années plus tôt. Malgré tous ses remords vis-à-vis son fils, Milah lui cracha alors qu’elle ne l’avait jamais aimé, lui, Rumplestiltskin. Cela, cumulé à sa colère et à sa rancune, lui fit voir rouge et il assassina la brunette en lui broyant le cœur, sous les yeux de Jones, l’homme qu’elle aimait. Il coupa ensuite la main du pirate, qui tenait encore dans son poing fermé l’haricot magique, mais ne tua pas l’homme, parce qu’au fond, sa réelle intention était de se venger et de le faire souffrir. S’il mourrait, il ne souffrait pas. Rumple repartit ensuite chez lui, réalisant là-bas que le pirate l’avait bien eu : le haricot magique n’était pas dans sa main ! Bilan de sa journée : il avait aujourd’hui perdu son ex-femme – cette fois pour de bon – et gagné un nouvel ennemi, mais n’avait pas obtenu ce qu’il désirait vraiment.

De fort mauvaise humeur, il appela la Fée Bleue le soir même – qu’il détestait à présent – afin de se renseigner sur la façon de récupérer Baelfire. Durant la conversation, il comprit que seule une malédiction lui permettrait d’atteindre son but. Il ne possédait certes pas beaucoup d’informations, la Fée Bleue étant demeurée très évasive lorsqu’il l’avait questionnée, mais ce n’était pas grave. Il était le Ténébreux, longue était sa longévité ; il avait tout le temps du monde devant lui pour retrouver son garçon. Et puis, si une malédiction était le seul moyen d’y arriver, qu’il en soit ainsi, même si cela devait priver tout le monde de leurs fins heureuses. Il avait déjà bien souffert durant sa vie, aux autres de souffrir maintenant !

Mais il ignorait encore bon nombre des pièces du puzzle. Il connaissait toutefois celle les possédait toutes : l’Oracle qu’il avait rencontrée, juste avant qu’il ne se mutile la jambe. Après quelques recherches, il retrouva la voyante, qui lui révéla que ce ne serait pas lui qui lancerait la malédiction, mais quelqu’un d’autre. Elle lui assura de plus qu’il retrouverait son fils un jour, mais elle ne savait pas quand, exactement. Cependant, elle précisa qu’un jeune garçon le mènerait à lui, mais que ce même garçon provoquerait sa perte. Rumple ne comprit pas grand-chose à ce charabia sur le coup et se dit que s’il prenait possession de ce pouvoir de divination, il en saurait plus. C’est pour cette raison qu’il accepta de bon cœur les pouvoirs que l’Oracle lui offrait. À partir de ce moment, il lui était possible d’avoir des visions du futur, mais nulle n’était claire, car le futur ne suit jamais une ligne droite et un rien peut faire changer le cours des choses. Néanmoins, Rumple apprécia ce don à sa juste valeur.

Les décennies passèrent, au cours desquelles il accepta bon nombre de marchés, tous à son avantage bien sûr. Ici et là, il essayait de glaner le plus d’informations sur la malédiction et aussi sur comment se venger de la ruse de ce Killian Jones, qui possédait encore le haricot magique – quoiqu’il ait très bien pu s’en servir entre-temps. Mais peu importait. Il ne portait pas le pirate dans son cœur – et c’était sans aucun doute réciproque – et s’il croisait sa route à nouveau, il le paierait cher. C’est durant ces années qu’il fit la connaissance de Cora, une pauvre et jeune femme qui travaillait dans un moulin et qui n’avait, malheureusement pour elle, pas la langue dans sa poche. Elle s’était en effet vantée auprès du roi Xavier qu’elle était capable de changer la paille en or. Pour se moquer publiquement d’elle, le monarque la défia de se mettre ce soi-disant talent à profit : si, le lendemain matin, elle n’avait pas de l’or à lui offrir, elle serait condamnée à la potence. Dans le cas contraire, elle pourrait marier le fils du roi, le prince Henry.

Rumple lui vint donc en aide, car selon ses visions du futur, elle donnerait vraisemblablement un jour naissance à une fille et cette fille serait celle qui lancerait la malédiction qui pourrait le mener à Baelfire. Il était donc capital que Cora ne meure pas, du moins pas pour le moment. Il lui offrit donc, cette nuit-là, de changer la paille en or, évitant à Cora une mort cruelle le lendemain. Cependant, grande était l’ambition de la jeune femme et elle lui demanda plutôt de lui apprendre la magie, en échange de son premier-né, ce qu’il accepta volontiers.

Toutefois, le marché du roi Xavier tenait toujours et, voyant que la paysanne savait changer la paille en or, il lui accorda la main de son fils. La veille du mariage, Rumple retourna voir la jeune femme, qui lui exprima son désir de devenir reine du royaume. En apprenant cela, il décida de changer leur contrat initial : plutôt que de lui donner son premier-né, elle lui devra son enfant, à lui. Mais ce n’est pas tout : Cora souhaitait assassiner le roi, qui l’avait publiquement humiliée. Au fond, il ne pouvait que comprendre sa colère et son désir de se venger, car ils avaient été, l’un comme l’autre, longtemps humiliée par les gens de la haute société. Elle voulait les voir s’agenouiller à ses pieds et il était heureux de pouvoir l’aider en ce sens. De plus, il était absolument fasciné par cette jeune femme si têtue et aussi avide de pouvoir que lui. Il ne savait pas si c’était de l’amour ou un simple jeu de pouvoir entre eux, mais une chose était sûre : ils se comprenaient mutuellement et c’était bien la première fois que cela lui arrivait. Il lui enseigna donc cette nuit même comment arracher le cœur d’une autre personne et ils convinrent de se retrouver à l’extérieur une fois le meurtre commis.

Malheureusement, lorsqu’elle revint vers lui, tenant une petite boîte en bois, elle lui annonça qu’elle marierait Henry comme convenu et qu’elle ne pouvait pas partir avec lui. Trahi, il se rendit compte qu’elle avait légèrement dévié du plan initial : c’était son propre cœur, non celui du roi, qui se trouvait dans la boîte, ce qu’elle ne chercha pas à nier. Il l’accusa ensuite de ne l’avoir jamais aimé et comprit que la nouvelle version de leur contrat lui interdisait d’enlever son premier-né, tout comme les autres bébés à venir, si elle devait en avoir. La déception fut dure à encaisser et c’est à partir de ce moment qu’il se convainquit que jamais personne ne pourrait l’aimer, ce qui allait avoir une incidence importante sur les événements à venir.

Lorsque Cora mit au monde son premier enfant, une fille nommée Regina, il se glissa dans sa chambre le soir même de la présentation du bébé à la Cour du Roi. Il n’avait pas l’intention de l’enlever, puisqu’il avait raisonné qu’il valait mieux, finalement, qu’elle soit élevée par Cora. En effet, étant donné qu’elle n’avait plus de cœur, elle ne pourrait aimer véritablement sa fille, rendant celle-ci assez fragile et donc plus facile à manipuler quand le temps serait venu. Et ce temps vint exactement lorsqu’il l’attendait : quand la jeune Regina, à présent une jeune femme, fut désespérée au point de l’appeler d’elle-même.

Rumple avait eu vent des manigances de Cora, bien sûr, et était au courant du mariage arrangé à venir de Regina avec le roi Leopold. La veille dudit mariage, elle l’appela afin de remédier à ses malheurs. Comme il s’y attendait, elle était sous l’emprise de sa mère et n’osait formuler sa demande, à savoir qu’elle voulait se débarrasser d’elle. Rumple lui offrit donc un miroir, qui menait tout droit à Wonderland. C’était en fait un cadeau empoisonné, car si Regina utilisait le miroir, elle serait aussitôt séduite par ses pouvoirs magiques et demanderait à les contrôler. La petite ne le déçut pas et expédia sa vilaine maman au pays des merveilles. Rumple le voyait comme une sorte de punition pour l’avoir trahi voilà des années et aussi une façon de manipuler la future reine. Dans ce but, il devint le tuteur de Regina. Il lui enseigna la magie et pas n’importe quelle magie : la magie noire, la sienne.

Il savait que cela corromprait une âme aussi douce et innocente, mais c’était là tout le but de leurs leçons. Il aussi avait besoin qu’elle devienne pourrie de l’intérieur, raison pour laquelle il lui donna de faux espoirs avec l’aide de Jefferson, le Chapelier Fou, ainsi que du Docteur Frankenstein, qui lui firent croire qu’il était possible de ramener ce pauvre garçon d’écurie à la vie. Lorsque Regina vit que ce n’était finalement qu’une illusion, elle commença, lentement mais sûrement, à déraper sur la pente vers laquelle il voulait l’attirer depuis le début, celle de la magie noire et du « côté obscur ». Durant la décennie qui suivit leur premier cours de magie, il continua d’exercer son influence malsaine sur Regina, faisant tout pour qu’elle endosse son rôle de « Méchante Reine », comme lorsqu’elle lui demanda de changer d’apparence afin de voir de ses propres yeux quelle opinion le peuple avait-il d’elle. En voyant que tout le monde la détestait, cela la poussa à devenir encore plus mauvaise.

Pendant que Regina inspirait la terreur sur la Forêt Enchantée, Rumplestiltskin continuait de conclure des pactes ici et là. Il faut préciser qu’entre-temps, la Guerre des Ogres avait repris, la trêve qu’avait conclue le Ténébreux quelques deux cent ans plus tôt avec ces bêtes ne tenant plus. Mais cette fois, il ne chercha pas à communiquer avec les Ogres afin de tenter de faire cesser la guerre. Il consacrait toute son énergie à tenter de trouver un moyen de retrouver son fils et d’en savoir plus au sujet de la malédiction, alors l’actualité de la Forêt Enchantée ne lui importait peu – il laissait les monarques dans leurs beaux châteaux s’amuser avec tout cela. Cependant, il lui arriva d’intervenir une ou deux fois lors de cette guerre en prenant position pour les humains, bien sûr en échange d’un bien ou d’un service. C’est ce qui l’amena un matin dans la ville d’Avonlea, où le roi Maurice avait demandé sa présence immédiate.

Le pacte avec ce roi était simple : il sauvait la petite ville et tous ses habitants, en échange d’une gouvernante, en l’occurrence sa fille. Il avait eu l’idée en voyant la jeune femme dans la salle, car son château devenait vraiment poussiéreux avec les années. Certes, il aurait très bien pu nettoyer tout cela avec un simple sortilège, mais il fallait admettre qu’il se sentait vraiment seul et qu’un peu de compagnie, surtout féminine, ne pourrait pas lui faire de mal. Le roi et le fiancé de la demoiselle s’objectèrent fortement au prix à payer pour sauver Avonlea, mais le prix en question, qui portait le doux prénom de Belle, se rebella et accepta de vivre avec Rumple pour l’éternité.

Ainsi commença une étrange colocation. Belle passait ses journées à faire le ménage et ses nuits à pleurer aux cachots. Jusqu’au jour où un homme entra par effraction dans le château pour y dérober une baguette magique. Le voleur tenta de tuer le Ténébreux, mais sans succès puisqu’il n’existe qu’un seul moyen pour ce faire et ce n’est pas avec de simples flèches qu’il y serait arrivé. Furieux d’un tel affront – la tentative de meurtre combinée au quasi vol – Rumple enferma l’homme dans les cachots et le tortura sans répit. Mais Belle, dans sa grande bonté – ou naïveté, plutôt – libéra l’homme, qui s’enfuit sans demander son reste, avec la baguette bien entendu. Comme punition, Rumple décida d’aller le tuer avec son propre arc et de forcer sa captive à regarder le spectacle. Les deux partirent à sa recherche et s’enfoncèrent, à pied, dans la forêt. Lorsqu’ils virent que le voleur ne cherchait en fait qu’à sauver sa femme malade, enceinte qui plus est, Belle le persuada de ne pas le tuer, mais il prétendit qu’il avait simplement manqué sa cible. C’est à ce moment qu’il commença à ressentir une certaine attirance pour la jeune femme, qu’il refoula, parce qu’il était le Ténébreux et qu’elle était encore sa captive. Néanmoins, pour lui faire plaisir, il lui offrit une bibliothèque, qu’il présenta comme une énième pièce à nettoyer, mais comme avec l’histoire de l’arc, Belle ne fut pas dupe.

Au fil des mois, Rumple se montra à sa manière plus gentil envers Belle. D’abord, il lui parlait de manière plus civilisée, se montrait moins brusque en sa présence et faisait des efforts pour lui faire la conversation, parce qu’il se doutait qu’avoir quelqu’un à qui parler devait lui manquer. Et puis il ne la réprimanda pas lorsqu’elle ébrécha l’une des tasses de son set de thé, ce qu’il n’aurait pas manqué de faire quelques mois plus tôt. Il ne pouvait affirmer qu’ils étaient amis, mais ils n’étaient pas non plus des ennemis, encore moins des étrangers. Leur relation avait évolué et il n’arrivait pas à y apposer une étiquette. En fait, elle semblait ressortir le côté humain qu’il avait enfoui en lui il y avait une éternité de cela. Il cachait bien l’attachement qu’il éprouvait envers elle, naturellement. Il n’avait pas envie qu’elle s’en aperçoive et qu’elle s’imagine qu’il puisse y avoir quoi que ce soit entre eux, enfin en admettant que ses sentiments soient réciproques, car il ne pourrait jamais y avoir quoi que ce soit entre eux. Il avait appris sa leçon avec Milah et Cora, il n’allait pas répéter la même erreur : personne ne pourrait jamais l’aimer et quand bien même, par un hasard incroyable, on l’aimerait inconditionnellement, il serait toujours le « second choix », jamais celui auprès de qui on reste. C’était sa malédiction, en quelque sorte. De toute façon, son but dans la vie était de retrouver Baelfire, non pas de trouver le vrai amour.

Pourtant, sa résolution de se la jouer dur à cuir en présence de la jeune femme s’effondrait de jour en jour. Ils apprenaient mutuellement à se connaître et Rumple finit par l’envoyer au village acheter de la paille, alors qu’en réalité, il s’agissait d’un test, puisqu’il aurait très bien pu se procurer lui-même de la paille, grâce à sa magie. Il voulait s’assurer de ses sentiments en la repoussant : si elle revenait, alors son amour, tout au moins son affection, était sincère. À sa grande surprise, elle revint le soir même et l’embrassa, persuadée qu’elle pourrait le libérer de la malédiction du Ténébreux. Et elle avait raison, sauf que Rumple crut qu’elle souhaitait lui voler ses pouvoirs magiques. Cela dit, Belle était beaucoup trop innocente pour y avoir songé d’elle-même ; elle devait avoir été manipulée d’une façon ou d’une autre – par la Méchante Reine, tiens. Rumple devint fou de rage et de honte de s’être ainsi fait berner et jeta à nouveau Belle dans les cachots. Pour se défouler, il fracassa tout ce qui pouvait être fracassé autour de lui, mais ne put se résoudre à casser la tasse qui avait été ébréchée par Belle.

Quelques jours plus tard, il libéra la jeune femme, lui permettant de rentrer chez elle et annulant ainsi leur pacte de colocation éternelle. Elle s’en alla donc, mais pas sans lui reprocher sa lâcheté, ce à quoi il rétorqua qu’il préférait simplement mieux ses pouvoirs à elle. Mais c’était un mensonge et elle n’y crut pas une seule seconde. Rumple n’eut de nouvelles d’elle que des semaines plus tard, lorsque Regina en personne entra dans son château. Elle lui apprit que Belle s’était jetée d’une tour, après s’être fait flageller – soi-disant « purifier » – par des prêtres sur les ordres de son père. Elle était partie, c’était de sa faute et il se détesta d’avoir été lâche au point de ne pas accepter l’amour de la jeune femme, mais il était trop tard. Une fois de plus, il perdait quelqu’un à qui il tenait. Une fois de plus, il avait agi par lâcheté – à croire qu’il n’avait vraiment pas changé depuis qu’il était devenu le Ténébreux. Il s’efforça de se convaincre qu’il n’était pas tant affecté par la perte de Belle, mais en vain.

Alors, comme il se retrouvait seul à nouveau, il se raccrocha sur ce à quoi il s’était raccroché durant toutes ces années : Bae. Il devait le retrouver, il était sa fin heureuse. Le reste importait peu. Entre-temps, une malédiction avait été jetée sur la Forêt Enchantée, piégeant tous ses habitants dans le temps. En effet, le temps n’avançait plus depuis vingt-cinq ans, conséquence de la bataille entre Blanche-Neige et la Méchante Reine. Le royaume se retrouvait scindé entre deux camps, le Bien et le Mal et même si Blanche avait repris son droit au trône et dirigeait le pays aux côtés de son Prince Charmant, Regina n’avait pas dit son dernier mot, de cela Rumple était certain, la connaissant très bien. Heureusement, il y avait encore de l’espoir. Rumplestiltskin avait eu une prophétie qui disait que la fille de Blanche-Neige et du Prince Charmant, une jeune femme du nom d’Emma, les sauverait tous. C’était la Sauveuse et il lui tardait de la rencontrer enfin, histoire de s’assurer qu’elle remplirait bien son rôle dans la bataille à venir. Et puis, il était Rumplestiltskin : il ne pouvait s’empêcher d’ajouter son grain de sel aux évènements, n’est-ce pas ?


Et complètement raplapla !

L’essence même de Rumplestiltskin réside dans sa lâcheté, fardeau qu’il traîne depuis son enfance, conséquence directe de l’influence malsaine de son père. Le petit a appris très tôt à fuir et c’est devenu, au fil du temps, sa réaction naturelle. À cela s’ajoute un égoïsme à toute épreuve, qui l’empêche de se lier d’amitié avec quiconque, car honnêtement, qui voudrait d’un ami qui ne pense toujours qu’à lui et jamais aux autres ? Le rejet constant d’autrui, de même que sa lâcheté légendaire ont contribué à faire de Rumple un être fondamentalement faible, un être qui ne possède pas une haute opinion de lui-même à vrai dire, malgré les apparences. Il possède certes aujourd’hui de puissants pouvoirs magiques, mais il n’empêche que sans eux, il ne serait rien de moins qu’un simple tisserand dont le seul talent est de se cacher dans le meilleur recoin. Sa dépendance à la magie le rend faible, même s’il a horreur d’être étiqueté comme cela. Il est très intelligent et possède un certain don pour comprendre les problèmes des gens qui l’appellent sans qu’ils aient forcément à l’exprimer à voix haute. De toute façon, les problèmes en question varient rarement : neuf fois sur dix, la personne désire se débarrasser d’un être proche, fuir une situation malheureuse ou embarrassante, devenir riche et puissant ou encore se venger de quelqu’un. D’ailleurs, parlant de problèmes, il considère que les gens appartenant à la royauté ou à la noblesse sont très superficiels et ingrats, tous aussi incapables les uns que les autres d’apprécier ce qu’ils ont à sa juste valeur, mépris qui découle probablement du fait qu’il est originaire d’un milieu pauvre. Mais bon, tant qu’il lui est possible de faire des affaires avec eux et d’obtenir quelque chose en retour, il ne s’en plaint pas trop. Il sait manipuler les gens, surtout les âmes désespérées, et n’éprouve aucun respect pour la vie humaine. À ses yeux, la fin justifie les moyens, comme on dit et il se moque éperdument de ce qu’on peut penser de lui. Qu’on le traite de tous les noms et de tous les maux, si on veut ! Ça fait des siècles – et ce n’est pas une figure de style – qu’il ne cherche pas à obtenir l’approbation de quiconque. Les seules personnes qui détenaient ce « pouvoir » sur lui étaient son père, son fils ainsi que Belle, mais tous sont déjà loin, à présent. Cela a engendré chez lui un certain cynisme, doublé d’une amertume pleine de regrets, surtout en ce qui a trait au vrai amour. Il n’hésite pas à se moquer ouvertement des amoureux et des événements heureux, mais il y a peut-être une jalousie terrée quelque part en lui, aussi. Cela dit, il n’en parle jamais, parce que de un, il demeure un individu assez secret et de deux, il n’a personne avec qui il pourrait en parler. Il est vrai qu’il se sent très seul de temps à autre, mais il cache son besoin de compagnie par une froide brusquerie et rares sont ceux qui ont su briser sa carapace. Il peut se montrer théâtral et enfantin lorsqu’il conclut des marchés, mais ce n’est que pour déstabiliser ses clients, voire même les terroriser ; c’est un peu sa façon de s’amuser dans la vie. Sinon, lorsqu’il est seul chez lui, il n’agit pas forcément comme cela. Une grande rancune le caractérise et il s’arrange toujours pour faire payer ceux qui lui ont fait du mal, à lui ou aux quelques personnes auxquelles il tient encore, pour tout dire. Et qui dit rancune, dit persévérance ; en effet, il attendra le temps qu’il faudra pour frapper et atteindre ses buts, mais il les atteindra d’une façon ou d’une autre. Contradictoirement, il est très colérique et impulsif et il a dû en payer le prix très souvent au cours de sa vie, comme lorsqu’il a renvoyé Belle chez elle sur un coup de tête. Il a l’habitude de casser tout ce qu’il a autour de lui lorsqu’il est en proie à de vives émotions ; c’est sa façon de gérer les gérer, en fait.


Dernière édition par Rumplestiltskin le Jeu 15 Jan - 23:36, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

❦Entrée : 28/08/2014
❦Doublons : 489
❦Sortilèges lancés : 668
❦Magic Formula :

The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: HUMAIN
❦LOVE: EVIL QUEEN
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Mar 6 Jan - 0:00

BIENVENUE,
Je te dois encore une dette d'avoir épargner mon ex-femme, que Regina a tué d'ailleurs ! Je te souhaite la bienvenue parmi nous ! Et évite de tuer Killian même si c'est un pirate qui boit trop de rhum. En tout cas ravis de te voir parmi nous mgo renerver

Tu as deux semaines pour faire ta présentation, et si tu as besoin d'un délai supplémentaire, il te suffit de demander rabau

Bonne chance pour ta présentation surtout !


let a sky comes falling down
We be all night, and everything all right. No complaints from my body, so fluorescent under these lights. Boy, I'm drinking, park it in my lot, 7-11. I'm rubbing on it, rub-rubbing, if you scared, call that reverend. Boy, I'm drinking, get my brain right Armand de brignac, gangster wife.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 21/08/2014
❦Doublons : 209
❦Sortilèges lancés : 168
❦Magic Formula :

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Mar 6 Jan - 0:05

Bienvenue à mon crocodile favoris ! Hihi tu vas goûter du crochet ratepi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 11/08/2014
❦Doublons : 431
❦Sortilèges lancés : 424
❦Magic Formula :





The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Sorcière diabolique
❦LOVE: Robin Hood mais c'est un secret
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Mar 6 Jan - 0:13

Bienvenue mon très cher professeur !
Je me méfie de toi, je sais que tu es diabolique , mais je serais ravie d'avoir de faire des marchés avec toi comme au bon vieux temps !
Hâte de lire ta fiche !



True Love Exist
She was strong, She was crazy, She wasn't simple. And when she was down,  She got right back up. She was a beast i n h e r o w n w a y . But one idea describes her best. She was u n s t o p p a b l e, And she took everything she wanted with a smile.
(c)LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Mar 6 Jan - 3:38

merci pour votre accueil. mgo
robin, étant donné que je ne suis pas encore à jour dans la saison quatre - j'avais commencé à la regarder quand la série a recommencé cet automne et puis j'avais arrêté pour je ne sais plus quelle raison - j'ai l'impression de me faire spoiler avec cette histoire de dette, mais bon.  Caché & je veux bien essayer d'éviter de le tuer, reste à savoir si je vais réussir. dmr
killian, mouais, c'est ce qu'on verra, pirate. batte
regina, aw, mais si tu veux faire un marché avec moi, ce sera avec grand plaisir, dearie. dmr
Revenir en haut Aller en bas

avatar

❦Entrée : 05/01/2015
❦Doublons : 73
❦Sortilèges lancés : 121
❦Magic Formula :


The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Sorcière
❦LOVE:
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Mar 6 Jan - 18:09

Bienvenu parmi nous Rumple'

Au plaisir que tu me rendes mes rubans un jour !



I'm not a monster
Je suis la première Reine des Neiges, j'ai tué ma soeur Helga, j'ai été emprisonnée dans l'Urne par ma soeur Gerda et aujourd'hui j'essaie de trouver ma troisième soeur, une soeur qui sera comme moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 10/09/2014
❦Doublons : 135
❦Sortilèges lancés : 123
❦Magic Formula :

The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Human
❦LOVE: True llove ? Nope... okay maybe a pirate...
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Jeu 8 Jan - 15:25

Bienvenue sur OLH Rumple ( et très bon choix de personnage, j'adore Rumpy mgo ) et réserves moi un lien !


uc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Jeu 8 Jan - 21:15

merci vous deux !
& emma, je te réserve un lien avec plaisir. luv
Revenir en haut Aller en bas

avatar

❦Entrée : 07/01/2015
❦Doublons : 59
❦Sortilèges lancés : 41
❦Magic Formula :

The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Immortel
❦LOVE: Je ne connais pas l'amour
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Jeu 8 Jan - 22:27

Bienvenue ! Rumple est mon préféré il nous faudra un lien =)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Ven 16 Jan - 3:05

merci & j'te garde un lien avec plaisir. **
sinon, j'ai (enfin) fini ma fiche !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

❦Entrée : 06/01/2015
❦Doublons : 143
❦Sortilèges lancés : 118

The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Humain
❦LOVE:
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Ven 16 Jan - 3:27

Welcome ! :P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Ven 16 Jan - 3:41

aww, mon fils, merci. Hug
Revenir en haut Aller en bas

avatar

❦Entrée : 11/01/2015
❦Doublons : 191
❦Sortilèges lancés : 110

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Ven 16 Jan - 7:54

Bienvenue sur le forum rumplestiltskin drond


These days I'm fine, no these days I tend to lie
« L'amour est mon terrain de jeux,même si parfois je tombe sur des hommes bien. »
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 11/08/2014
❦Doublons : 431
❦Sortilèges lancés : 424
❦Magic Formula :





The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Sorcière diabolique
❦LOVE: Robin Hood mais c'est un secret
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Ven 16 Jan - 9:09

Coucou,
Enfin, tu as terminé ta fiche, j'avais sauté de joie en l'apprenant. Tu as parfaitement repris la vie de Rumplestilstkin, ton écriture est fluide, bien posée, je n'ai vu aucune faute , en même temps, je suis encore quelque peu endormie mais si j'en ai pas vu, c'est qu'elle doit pas être énorme. Alors mon cher tuteur, je te valide ! Au plaisir de passer des marchés avec toi !



True Love Exist
She was strong, She was crazy, She wasn't simple. And when she was down,  She got right back up. She was a beast i n h e r o w n w a y . But one idea describes her best. She was u n s t o p p a b l e, And she took everything she wanted with a smile.
(c)LUCKYRED.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 12/01/2015
❦Doublons : 44
❦Sortilèges lancés : 124
❦Magic Formula :
¤¤¤

Brother & Sister



The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Sorcière
❦LOVE: Jamais trouvé
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Ven 16 Jan - 11:23

Bienvenue Rumple <3 Grade moi un lien, j'ai beaucoup de chose à voir avec toi ^^ Rumple *o*


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hopeonmyearth.forumactif.com/

avatar

❦Entrée : 12/01/2015
❦Doublons : 202
❦Sortilèges lancés : 266
❦Magic Formula :



MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Ven 16 Jan - 12:51

Pour ma part tu es aussi validé, que ce soit avec Hadès ou Killan. Tu écris vraiment bien et tu as parfaitement suivi la trame de l'histoire de ton personnage. Et tu n'as aucune faute. Bienvenue parmi nous et au plaisir de rp avec toi Mr Rumple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 10/08/2014
❦Doublons : 234
❦Sortilèges lancés : 145

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   Ven 16 Jan - 14:21


Validation de membre
Tu es un super héros maintenant ! Viens nous rejoindre !
Bienvenue sur le forum !
Tu es officiellement validé par les rois, tu as su convaincre Le pirate estropié, La charmante fille de Blanche-Neige, Le Noble voleur et même La Méchante Reine. Malgré cette rude épreuve, tu en as beaucoup à passer pour faire parti pleinement des habitants du Royaume et de vivre des aventures magiques. Tout d'abord , il te faudra créer de nouvelles alliances (liens) pour te familiariser ⊱ clique. Car tu en auras besoin a travers tes aventures (sujet) ⊱ clique. Viens découvrir ce que te réserve la magie vaudou du Dr Facilier ⊱ clique. Mais attention, la magie a toujours un prix , on t'aura prévenu, c'est à tes risques et périls ? Et en prime, tu aurais peut-être besoin d'un miroir, pour être sur qu'il t'a pas changer de tête. Il se pourrait bien que t'ai besoin d'un nouvel avatar en retour, vas donc jeter un coup d'oeil au coin des artistes ⊱ clique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onelasthope.forumactif.org



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.   

Revenir en haut Aller en bas
 

rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» rumplestiltskin ▽ oh, but i'm a villain, and villains don't get happy endings.
» Au nom d'une poupée [pv Rumplestiltskin]
» Test - Quel méchant de Disney êtes-vous ?
» Mr.Gold ou devrais-je dire, Rumplestiltskin
» Rumplestiltskin - Quand on use de la magie, il y a toujours un prix à payer.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Last Hope ::  :: Mirror Mirror on the wall :: You cannot pass !-