Bienvenue sur One Last Hope.
En espérant que vous vous plairez parmi nous.
Soutenez le forum
En votant , , , , vous gagnerez des points !
Nous recherchons en urgence :
James Charming, Snow White, Cora Mills, Zelena Mills, Maléfique.
Poster sur Bazzart & PDR
clique & clique pour faire venir des copains !

Partagez | 
 

 Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

❦Entrée : 05/01/2015
❦Doublons : 121
❦Sortilèges lancés : 49
❦Magic Formula :



The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Sorcière/Demi-déesse
❦LOVE:
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -    Mer 14 Jan - 1:25



❝Père & Fille, Le Mode d'Emploi❞
Alice & Hadès

La bête tombait par terre dans un bruit sourd, le sol a quelque peu tremblé de la chute. Cet animal, transpercé par sa flèche, n’avait plus que quelque secondes à vivre. Son coeur se serrait à cette vue. Elle n’avait pas fait ça par charité ni par plaisir commun de la chasse mais parce qu’il le fallait. Depuis le départ de Robin, il fallait nourrir Roland et le campement. Il ne fallait pas compter sur Petit Jean qui était vraiment nul au tir à l’arc. Le frère Tuck adorait boire au point de se saouler. Elle adorait le camp, c’était une famille à part entière, c’était cette famille unique qui lui avait redonné le sourire, la joie de vivre et sa malice d’antan . Les rires, la danse rythmaient la soirée dans une décadence plaisante et agréable à vivre. On se retrouvait dans une famille solidaire et loyale envers le monde entier. Mais il semblait que parfois la haine qu’ils éprouvaient pour certains revenaient à la surface. Comme si les démons reprenaient contrôles de leurs propos, de leurs actes. Robin n’était plus là et elle était seule face à des responsabilités énormes pour son âge. Veiller sur Roland comme une grande soeur avec Merida, le nourrir, s’occuper de lui, de le protéger. Roland était le petit frère qu’elle n’avait jamais eu et elle l’aimait beaucoup. Robin était parti et cela l’avait attristé, sa sagesse sur la vengeance était partie tout comme lui, comme une ombre qui glissait face à la terrible nouvelle qu’il avait appris. La Méchante Reine avait encore frappé et avait tué Marianne.

Marianne était une femme douce, honnête, serviable et maternelle avec tout le monde, sa mort fut une tragédie car elle maternait tous les joyeux compagnons. Même Alice qui avait du mal avec la gente féminine, elle l’avait adoré , même aimé comme une amie, quelqu’un qui lui donnait cette tendresse particulière. Oui, elle détestait La Méchante Reine d’avoir enlevé une si belle personne qui s’était retrouvée morte parce qu’elle était là au mauvais moment, et au mauvais endroit, mais jamais, Alice se vengerait de cette femme diabolique et démoniaque , selon certains dires. Que savons-t-on de cette femme ? De ce qu’elle a pu endurer pour devenir ainsi ? Qu’est-ce que Blanche-Neige avait bien pu faire pour mériter une telle haine ? Selon Alice, rien n’arrivait sans rien. Blanche n’était pas tout blanche dans cette histoire, elle avait du faire une belle crasse à la Reine et tout le monde en payait le prix. Cette guerre qui faisait rage, la jeune fille ne s’en mêlait pas. Robin était parti dans la vengeance, s’abaissant au niveau de la Reine. Parfois, Alice se demandait comment c’était, de vivre dans un château ? D’avoir tout ce que tu pourrais avoir niveau matériel ? Elle se demandait beaucoup de choses mais préférait les laisser tomber tous pour éviter de penser à ce qu’elle pouvait convoiter et ne pourrait jamais avoir. Alice se refusait de se laisser aller à la colère et à la haine, ou même la jalousie, c’était des sentiments mauvais , digne de la Méchante Reine et ceci signifiait de s’abaisser à elle.

Ses longs cheveux noirs qui descendaient en une belle cascade soyeuse, lui arrivant à la taille, son visage aux traits fins et ses belles lèvres, très pleines, ne portaient aucun maquillage, aucune chose superficielle. La beauté se devait être naturelle, même si ayant vu au loin la Méchante Reine, et sa rancune envers elle. Alice ne pouvait que la trouver magnifique. Mais la beauté venait du coeur et la Reine Regina n’en avait pas. Un tel gâchis ! Son pantalon moulait ses belles jambes fines. Elle portait une chemise blanche, avec un corset, juste en dessous de sa poitrine ronde et généreuse. Au pieds, une paire de cuissarde en cuir noire pour mieux se chauffer ou pour se battre. Elle avait l’air d’une guerrière malgré sa petite taille, elle pouvait montrer qu’elle pouvait aspirer le respect sans pour autant porter des robes avec des corsets complexes qui coupaient la respiration. Son corset ne la gênait pas, il était simple, il mettait juste sa poitrine en valeurs et permettait de rajouter une touche féminine à sa tenue de garçon manqué. Oui, Alice était une magnifique jeune femme avec plein de ressources et de charmes. Elle avait un magnifique visage de poupée, dont tous les hommes admiraient, cela l’avait permis de s’échapper parfois de prison ou même de voler le prince Jean sous son nez. Alice avait des traits d’aristocrates, des moues de bourgeoises quelque fois et cela l’aidait à rentrer dans la foule de noble pour mieux voler.

Elle entendit des bruits de sabots qui claquaient avec impulsion naturel la terre et la caillasse et un hennissement. Le cheval était au galop et il arriverait bien vite.  Par peur de s’être fait découverte, car elle était quelque peu recherchée par les gardes de presque tous les royaumes pour vols. C’était aussi ça, d’être la fille adoptive de Robin des Bois. Alice délaissait la carcasse et mit sa carpe bleuté avec des motifs argentés. La jeune fille se mit à grimper avec aisance les arbres et vit au loin un homme et sa monture lancer au galop comme elle avait parfaitement entendu. On pouvait dire que c’était un sixième sens de repérage pour elle. Au vu des décorations du destriers et le costume de cet homme, il se devait d’être riche, très riche. Un sourire rempli de cupidité apparut sur les belles lèvres de la jeune fille. Elle attendit puis quand vint le moment exacte et parfait, elle sauta sur la jolie monture et le riche homme en lançant.

-En voilà, un beau pactole pour les pauvres ! S’exclama-t-elle d’une voix douce et joyeuse, remplie de moquerie.

Elle atterrit sur le cheval souplement, mais néanmoins, c'était douloureux et elle eut un peu mal , cela lui tirait une grimace. Mais enfin, elle allait pouvoir faire ce que Robin fait le mieux. Voleur aux riches pour donner aux pauvres.




© Pando


You'll love me at once, the way you did once upon a dream
I know you, I walked with you once upon a dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 12/01/2015
❦Doublons : 202
❦Sortilèges lancés : 266
❦Magic Formula :



MessageSujet: Re: Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -    Ven 16 Jan - 23:59






Hadès & Alice


Père Fille Mode D'emploi.


À cette heure de la journée, le soleil est haut dans le ciel, mais heureusement les arbres transcendants verts et feuillus de l'arborescente forêt, me protègent de sa diaphanéité encore désagréable à mes rétines immortelles. Mon capuchon noir remonté sur ma tête, monté avec force et élégance sur un magnifique cheval noir, ma cape sombre volant autour de moi tel une tempête de tissus luxueusement ténébreuse. Je parcours avec force et puissance les terres magiques et colorées de la forêt de Sherwood. Le sol tremble sous les pas impérieux du puissant étalon qui me porte. Je ne sais pas pourquoi, mais la sensation équestre m'a toujours apporté une paix et une harmonie qui me procure à chaque fois les mêmes exquises sensations dans mon corps immortel tout entier. En tant que dieu des enfers, on pourrait croire que les plaisirs simples me sont inconnus, mais contrairement à certains des autres dieux, j'apprécie la force animale d'un noble destrier.

Je respire à pleins poumons l'odeur grisante et vivifiante de la pinède environnante, m'enivrant de chacune de ses fragrances qui paraissent si puissantes à mon divin odorat. Ce genre d'endroit n'a jamais trouvé aucune grâce à mes yeux et pourtant aujourd'hui, il me procure comme une étrange sensation d'apaisement. Peut-être est dû au fait que je sache que ma fille Alice vit dans cette forêt ? Je l'ignore, mais je me sens bien ici !

Porté par la ferveur de mon destrier, la force de mes pensées font peu à peu disparaître le monde autour de moi. Mes sens partent à la dérive, me projetant avec intensité vers les souvenirs heureux de ma fille riant, chantant et s'amusant. Partout autour de moi, son rire enfantin, cristallin et musical m'entoure, tant et si bien que j'en arrive à me faire prendre par surprise par une voleuse des bois !

La petite créature saute de manière tumultueuse et néanmoins gracieuse derrière ma puissante monture ! D'abord légèrement surpris, je me penche un peu sur le côté. Les secondes de surprise passés, je reprends ma posture droite et digne. La belle semble vouloir se la jouer justicière au grand cœur face à moi ! Cela me fait rire bien malgré moi. Je stoppe alors violemment ma monture, surprenant ma jeune voleuse qui tomba sur-le-champ sur le sol dur du bois. Je la fixe maintenant de mes yeux bleus flamboyants d'une certaine moquerie. Son visage m'est encore masqué. Je saute alors prestement sur le sol pour atterrir de manière gracieuse sur le sol caillouteux et ferme de la forêt. Je la regarde à présent de toute ma hauteur et je lui lance sur un ton joueur :
-Vous désirez mon or ma Lady ? Je serais ravi de vous satisfaire. Mais pourquoi ne me diriez-vous pas d'abord qui vous êtes ?

La belle relève alors son doux visage aux traits gracieux vers moi et je me rends compte avec stupeur qu'il s'agit de ma précieuse enfant Alice ! Elle que je suis venu ici même chercher ! Comment en est-elle arrivée à devenir une voleuse ? Mes traits se tendent à présent face à l'afflux de sentiments qui parcourent mon être tout entier, face à celle qui est le seul véritable amour de ma vie avec ma Preséphone... La vie est parfois d'une telle ironie, je m'en rends encore bien compte aujourd'hui... 


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 05/01/2015
❦Doublons : 121
❦Sortilèges lancés : 49
❦Magic Formula :



The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Sorcière/Demi-déesse
❦LOVE:
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -    Sam 17 Jan - 20:09



❝Père & Fille, Le Mode d'Emploi❞
Alice & Hadès

La vie était un élément imprévisible. Comment peut-on avoir pensé qu’une petite fille innocente  pourrait devenir une voleuse habile ? Elle avait décidé cette vie qu’elle n’avait pas choisi. Une noble cause. Ils n’étaient pas des voleurs. Un voleur volait pour lui alors qu’eux, c’était des héros, des martyrs volant les riches avide de cupidité et de pouvoir pour donner aux pauvres qui méritaient cette monnaie, méritait la générosité. Les riches pouvaient dire ce qu’ils voulaient mais c’était grâce au bas peuple et aux taxes. Tout le pouvoir, qu’ils avaient , c’était le bas peuple qui leur donnait. Parfois, on pouvait tomber sur des rois bons et généreux, donnant tout pour son peuple. Comme ce roi Léopold. D’après Robin, c’était grâce à lui et ses idées innovantes que le peuple se sentait mieux, plus allégé. Ce roi savait donner tout ce qu’il pouvait tout en gardant un pouvoir conséquent pour faire fuir les ennemis. Dommage , qu’il a été tué, assassiné mais chez les Merry Mens, il en était une légende.

Malheureuse la reine l’avait tué comme la plupart des villages, elle les avait décimé, c’était un véritable fléau. La crainte et la terreur qu’elle inspirait aurait pu faire trembler le plus courageux des princes. Au fond, Alice se demandait vraiment ce qui s’était passé entre ses deux femmes. Ce n’était pas une simple question de beauté d’après la rumeur et les dires de la princesse. Une telle haine, une telle rage, il y avait aiguille sous roche. Blanche-Neige faisait tout pour garder la tête froide, pour que tout le monde la voit comme une pauvre victime de cette haine. Mais cette haine, qui avait poussé la “ Douce” Reine devenir La Méchante Reine. Il y avait forcément une raison. Pourtant, la jeune fille ne voulait pas s’aventurer sur ce terrain glissant et chaotique. La guerre, ce n’était pas son truc. Enfin si, du moment, qu’elle en savait la raison et qu’elle se battait pour la bonne et noble cause. Alice ne voulait pas aller se battre pour quelqu’un dont elle ne connaissait même pas l’histoire dès le début. Blanche-Neige n’était pas tout blanche et La Méchante Reine n’était pas toute noire. Malgré la haine qu’elle éprouvait envers cette femme.

Suite à sa cascade, l’homme freina brusquement, Alice ne s’était pas préparée et elle était tombée , sa chute sur le sol terreux et caillouteux. Une pierre rentrait dans sa cuisse , entaillant sa peau. Une douleur aiguë la prit dans la jambe. La jeune fille eut une petit grimace mais ne se laissait pas abattre par la blessure. Avec toute la force et la ruse du combat, qu’elle avait appris en se battant contre des gardes ou le shériff. Elle te donnait un coup de pieds bien placé pour te faire perdre équilibre. Un croche pied suivit cela pour te faire tomber à terre. La jeune voleuse se leva lorsque tu étais à terre.

-Je me nomme Alice, déclara-t-elle en prenant ta bourse remplie d’or.  Cela te va ? Ajouta Alice en souriant.


-Tu es riche , mais pourtant , je ne t’ai jamais vu, tu ne dois pas être un grand seigneur alors ! Je t’en remercie de ton or, il servira mieux avec moi qu’avec toi, déclara-t-elle doucement.

La douleur prit de l’ampleur mais elle ne le montrait pas, cela la faisait mal et sa jambe semblait s’engourdir de plus en plus. Impossible de prendre la fuite en courant. Regardant le cheval, elle se mit à avancer pour le monter mais sa jambe blessée eut beaucoup de mal et ceci lui arracha une grimace de douleur. Tenant sa jambe avec sa main comme pour éviter que la douleur se propage. Elle avait mal et impossible de prendre la fuite. La prochaine fois, elle réfléchirait à deux fois.








© Pando


You'll love me at once, the way you did once upon a dream
I know you, I walked with you once upon a dream.


Dernière édition par Alice Knightley le Sam 14 Fév - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 12/01/2015
❦Doublons : 202
❦Sortilèges lancés : 266
❦Magic Formula :



MessageSujet: Re: Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -    Sam 24 Jan - 21:59






Hadès & Alice


Père Fille Mode D'emploi.


Après être tombée assez pesamment au sol, ma fille me frappa ! Ou elle me frappa moi ! Et pas qu'un peu puisque je chute suite à cela assez lourdement au sol ! Celle que je reconnue comme étant ma fille Alice se présente alors à moi tout en saisissant de manière habile ma bourse entre ses petites mains fines et blanche. Encore sous l'effet de ma découverte, je ne réagis même pas à ses actes. Je reste là, comme spectateur de de toute cette scène. A présent totalement perdu par les hypnotiques traits poupins de cette jeune adolescente, dont la chair et le sang sont les miens. Toujours sur le sol, je la regarde se lever, avec force, grâce et prestance. Un sourire qui doit paraître étrange et énigmatique à Alice s'affiche sur mon vissage. Je me relève à mon tour, de manière puissante et forte. Je salue ensuite d'un léger hochement de tête cette petite voleuse aux traits angélique qui me fixe avec un petit air de défie qui n'est pas sans me rappeler sa mère...

J'ai l'impression en ce moment-là d'être dans un rêve, un de ces rêves dont on ne possède absolument aucunes clés...
Je déteste ne pas avoir le contrôle de la situation ! Et là je ne contrôle strictement rien ! Je savais que j'allais retrouver ma fille ici dans ce monde, mais je n'imaginais simplement pas que cela serait aussi tôt !

Je tente à présent de dissimuler mon trouble en remettant de manière calme mes habits en place, et en en retirant du dos de la main la terre et l'herbe qui y sont accroché. Je fixe maintenant de mes prunelles bleus anthracites la douce créature que je n'aurais jamais imaginé pouvoir un jour rencontrer et encore moins lui parler. Bien sûr, je l'ai souvent autrefois aperçu de loin, je l'ai vue grandir, rire et devenir presque une femme et là enfin elle se trouve là en face de moi et je ne sais absolument pas comment je dois réagir à cela ! Jamais de toute mon existence mon cœur n'avait battu aussi fort. Ses battements puissants et déchaînés font monter le sang à mon visage, le rendant légèrement plus rouge qu'à l'ordinaire. Je me racle la gorge pour faire disparaître cette petite boule qui se dissimule au fond, puis ma voix sort en flux léger et caressant :
-Et bien ma chère Alice tu es surprenante... Ma voix perd soudainement sa force.

Je passe une main sur mon visage, pour tenter de dissimuler mon trouble qui je l'espère, ma fille n'a pas remarquer, puis je reprends d'une voix un peu tendue :
-Je me nomme Hadès. Je remarque alors à cet instant que ma fille se tient la jambe. Je fixe le sol, et je vois que du sang y est imprégné. Je m'en veux soudainement de l'avoir blessé ! Bien sûr, j'ignorais que c'était ma fille, mais je n'arrive pas à me résoudre à la laisser souffrir ainsi ! Je soupire et j'ajoute d'une voix plutôt douce et compatissante :
-Je peux si tu le veux te soigner. J'en ai les pouvoirs. Si tu ne le désire pas, laisse-moi au moins t'offrir cette étoffe pour empêcher le sang de s’écouler.

Je détache à présent l'étoffe rouge autour de mon cou et je la tends à Alice.



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 05/01/2015
❦Doublons : 121
❦Sortilèges lancés : 49
❦Magic Formula :



The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Sorcière/Demi-déesse
❦LOVE:
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -    Sam 24 Jan - 23:08




Père & Fille, Le mode d'emploi




La vie était étonnante, parfois vicieuse et surprenante. Alice le savait, qui aurait imaginé qu’une si jolie petite fille aux traits fins et qui avait cette joie de vivre, cette émerveillement en tout, cette curiosité, allait devenir cette jeune femme, volant les riches aux pauvres, jouant parfois de ses charmes pour avoir ce qu’elle veut. La vie lui avait donné la force, la ruse et elle était malicieuse, trouvant de nombreuses entourloupe pour sortir du pétrin dans laquelle elle s’était mise. C’était évident. Sa jambe lui faisait mal mais elle se tenait droite et fière devant toi, tout en se tenant la jambe. A ses magnifiques yeux, tu étais absolument étrange. Aucune personne qu’elle a tenté de voler , lui avait dit cela. On l’avait plusieurs fois insulter, hurler dessus en criant “ au voleur” mais jamais au grand jamais, on lui avait dis ces mots. Surtout lorsqu’elle avait tenté de voler quelqu’un. La vie était vraiment étrange, très joueuse avec les personnes, comme si elles étaient des pions dans un échiquier.

Alice eut un soupire en te regardant, son pantalon la démangeait, sa blessure la brûlait et la seule chose qu’elle put faire, c’est de s’asseoir sur une grande pierre qui bordait le chemin sinueux dans la forêt Sherwood, sa forêt à elle. La jeune fille eut une petite grimace en te regardant, tu la regardais bizarrement comme si elle était la plus belle des perles, cela la mettait mal à l’aise de se faire regarder ainsi. Ce n’était pas de la convoitise comme ces hommes qui la regardaient parfois, non c’était une admiration infinie. Elle se retenait de soupirer, regardant partout dans la forêt pour trouver un moyen de se défendre si tu venais à l’attaquer ou qu’elle devait prendre la fuite sans trop se blesser encore plus.

-T’es étrange tu sais ça ? T’es la seule personne qui m’a complimenté alors que je venais de voler sa bourse, se moqua-t-elle d’une façon sans aucune amertume mais sincère.

Tu n’avais pas l’air d’être diabolique ou même agressif bien au contraire, tu avais l’air gentil et plutôt bon envers elle. Tu venais même poser un foulard sur sa blessure, Alice eut une grimace de douleur et elle passait une main pour mettre une mèche derrière son oreille, serrant les dents pour rester fière. La jeune fille essayait de rester forte.

-Enchanté, déclara-t-elle  doucement, d’une voix douce avec un petit sourire.

Un petit sourire qui faisait montrer ses belles pommettes encore enfantines, ses yeux bleu devenaient de plus en plus clair. Alice ne savait pas pourquoi mais elle était en confiance, cependant elle était pressée , Alice devait revenir de chasse et surveiller, protéger Roland avec les joyeux compagnons.

-Tu peux soigner cela ? Tu peux le faire ? Si tu peux vas-y, j’en ai besoin, répondit Alice d’une voix douce. J’en ai besoin pour protéger mon petit frère qui est sans défense car notre père est parti en quête de vengeance, alors aidez-moi à soigner cette jambe , si vous plaît, ajouta-t-elle doucement en grimaçant de douleur à cause de sa jambe brûlante.

Alice ne savait pas encore ce qui se passait en ce moment , mais une chose était sûre pour elle à ce moment là. La vie était une farceuse, une grande joueuse et ils étaient les pions dans cette histoire.



love.disaster


You'll love me at once, the way you did once upon a dream
I know you, I walked with you once upon a dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 12/01/2015
❦Doublons : 202
❦Sortilèges lancés : 266
❦Magic Formula :



MessageSujet: Re: Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -    Lun 2 Fév - 23:49






Hadès & Alice


Père Fille Mode D'emploi.


Ma fille me semble décontenancée par mon attitude. Mais en même temps, je dois vraiment lui paraître bizarre. Elle me saute dessus, elle vole mon argent, elle me frappe et moi, je suis là en face d'elle à la fixer avec la plus grande des admirations. Comment pourrait, elle ne pas en être décontenancé !
Sa blessure semble beaucoup la faire souffrir. Elle avance en claudicant vers une grosse pierre au bord du chemin, ou elle s'assoit. Je la rejoins en continuant à la fixer. J'ai beau tenter de me raisonner et de ne plus l'admirer avec autant d'intensité, mais elle est si belle, si parfaite. Je n'ai qu'une envie-là en ce moment, prendre son petit visage entre mes mains et baiser son petit front.

Alice fixe les alentours. Cherche-t-elle un moyen de me fuir ? À sa place, moi, c'est ce que je ferais ! Il est clair que si elle n'était pas blessée, elle partirait surement à toute jambe loin de moi ! Son visage angélique remonte vers moi et me fixe de ce regard perçant qui me transperce au plus profond de moi. Sa petite voix douce et un brin moqueuse, raisonne à nouveau. Je la fixe d'un regard plus doux et tendre que je ne pensais en être capable. Elle me trouve étrange de la trouver surprenante après qu'elle m'ait volé et attaqué ! Et cela me fait sourire. Tant de personnes avant elle m'ont dit cela, mais pour la première fois de ma vie, cela me fais sourire et me touche même un peu en mon sombre cœur.
-Si tu savais ma chère combien de fois on m'a dit cela. Mais aucune de ces personnes n'était digne de mon attention. Tu es tout le contraire de ces gens-là. Tu es la plus attrayante et fabuleuse jeune fille que j'ai jamais de ma vie rencontrée. Mais attention, ne te méprends pas sur mes intentions : je ne ressens pour toi aucune envie, ni aucun sentiment déplacés ! J'ai un don vois-tu et je sais voir la bonté chez les autres, cela est sans doutes dû à ma profession... Disons pour faire simple que j'ai pour habitude de pouvoir déceler le mal et la perfidie chez les gens et cela en un seul regard ! Et chez toi je n'en sens aucune.

Les dents de ma fille se serrent à présent. Elle tente de masquer sa douleur sous un masque de fierté. Je me rapproche d'elle et je me décide à enrouler sur sa jambe meurtrie mon foulard rouge. Étonnamment, Alice se laisse faire et cela prouve à mes yeux toute la confiance qu'elle a déjà en moi. Ce pourrait-il qu'elle ressente ce lien entre nous ? Ce pourrait-il que l'appel de notre sang et des liens familiaux qui nous unissent soit si fort, que son instinct m'accepte déjà si près d'elle ?

Elle me semble soudainement pressée, et même légèrement agitée. Elle me demande d'une voix pleine d'espoir si je peux vraiment comme je le lui ai dit soigner sa blessure. Je la fixe de mes yeux bleu océan remplis de tendresse et je lui dis de ma voix douce et caressante :
-Oui, je le peux. Mais je vais devoir pour cela déchirer un peu ton pantalon. Il me faut avoir un contact direct avec la blessure. Alice ne dit pas un mot, elle semble surprise, mais néanmoins, elle se laisse faire.

Je déchire à présent une petite partie de son pantalon, juste assez pour pouvoir voir la blessure et surtout la toucher. Je retire moi-même mes gants. Je pose en douceur mes mains sur la plaie qui saigne encore avec abondance. Je sens la chaleur qui habite mon corps monté dans mes mains et se répandre dans celui d'Alice. Peu à peu, je referme la blessure comme tout dieu en est capable. En quelques secondes à peine, la plaie est totalement guérie. Mon visage se relève vers elle à présent. Je me relève et je lui tends la main pour l'aider à son tour à se relever.
-Tu es à présent prête à reprendre ta route. Puis-je t'aider à rentrer chez toi ? Je vois que tu es bien chargé, dis-je en montrant de ma main la belle bête qui gît au sol.

Mes yeux se posent à ce moment sur l'endroit ou était auparavant la plaie. Apparemment, la blessure était bien plus grande que prévue et la jambe d'Alice est vraiment beaucoup trop dénudée à mon goût ! Je défais alors ma grande cape et je la pose avec douceur sur ses fines épaule.
-Permets-moi de te couvrir, je t'en pris.
Je lui souris en espérant qu'elle accepte que je l'aide. car je me refuse à la laisser partir ! Il me faut trouver le courage de le dire qui je suis pour elle... Ou alors devrais-je attendre encore un peu ?


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 05/01/2015
❦Doublons : 121
❦Sortilèges lancés : 49
❦Magic Formula :



The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Sorcière/Demi-déesse
❦LOVE:
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -    Sam 14 Fév - 17:51



❝Père & Fille, Le Mode d'Emploi❞
Alice & Hadès

Alice secouait la tête, complètement déboussolée par les paroles de cet homme en face de lui. Sa tête avait du frapper un peu fort le sol. Devait-elle s'excuser de cela ? Au moins, il arrêterait de lui donner des compliments. La jeune fille le regardait faire, la guérir, elle écarquillait les yeux en voyant de la magie. La magie avait fait partie de sa vie de sa naissance au présent. Elle vivait dans la forêt Enchantée, un monde où la magie était une chose courante, qu'on trouvait cela à chaque coins de rue. Bon, elle exagérait mais c'était une chose courante. Quand les gens avaient un problème, ils faisaient appel à la magie. Alice savait que la magie était parfois très mauvaise, très cruelle. Des souvenirs plutôt mauvais remontaient souvent lorsqu'il s'agissait de la magie. Cora, ses amies qui avaient finis par mourir de sa main. Ses amies, celle avec qui , elle était restée tout le temps au château de la Reine de Coeur. Ses filles de compagnie qui avaient fini le coeur arraché et en miette, ses yeux se fermèrent sous le dégout et l'amertume de ce souvenir. Elle se souvenait qu'elle s'était battue et avait éjecté la Reine a des mètres loin d'elle. Adrénaline ? Magie ? Avait-elle ce don ?

Alice ne voulait pas avoir ce don de la magie , elle savait que c'était mauvais mais au fond, peut-être que la magie n'était ni bonne ni mauvaise, elle était ambiguë tout comme les personnes dans le monde. C'était les personnes qui la faisaient devenir bonnes ou mauvaises dans leurs actes. Guérir sa blessure n'était pas une mauvaise chose, ce n'était pas de la magie noire au contraire, c'était de l'aider. C'était un acte humble. Elle eut un sourire et regardait l'homme, plutôt bel homme et bizarrement, une alchimie, un lien s'était formé en cet acte de guérison, quelque chose qui avait l'air d'incassable et d'incompréhensible.  

Elle plongea son regard bleuté dans le tiens si semblable au siens, si ressemblant. Il y avait de l'amertume dans leurs regards mais celui d'Alice semblait plus innocent plus doux. L'amertume était passé mais restait présente dans sa mémoire. Mais le mal, elle l'avait déjà vu à l'oeuvre, mais jamais elle voulait faire du mal à quelqu'un à moins qu'elle soit vraiment obligé et cela la détruirait. Même à la Reine de Coeur, elle ne voulait pas la tuer, ni lui faire moindre mal. Oui , elle voulait qu'elle paye ce qu'elle lui avait fait ainsi qu'à ses amies mais jamais, elle noircirais son coeur pour une personne comme elle. Alice ferait du mal que si c'était la seule solution pour garder sa famille auprès d'elle.

Sa famille, elle tuerait toutes les personnes qui voudraient du mal à son petit frère, Roland, elle traverserait l'enfer pour juste voir un sourire sur les lèvres de ce petit garçon qui a déjà tant perdu tout comme elle. Ses yeux devinrent un peu nostalgique, un peu triste face à son petit frère et sa vie à elle.

-Merci, je vis dans la forêt et j'ai une biche vous pouvez m'aider ? De plus, je vous dois bien ça, vous avez sauvé ma jambe, on aurait du l'amputer sans vous ! Merci infiniment, déclara-t-elle.

Elle se levait et te tendit sa main, la douleur avait disparu, tout avait disparu. Un petit sourire aux lèvres, ce n'était pas grave bien au contraire, elle pourrait recoudre ou Petit Jean pourrait le faire.

- Ce n'est rien, monsieur, je vais le recoudre, venez, je vais vous présenter à mon camp et vous donner à manger , vous avez l'air affamé à moins que ce n'est que moi et soigner votre tête, s'enquit-elle de nouveau.

Elle fit un signe de tête vers la foret en te regardant, c'était toujours ça de prix. Elle était pauvre mais c'était ce qu'elle pouvait offrir à cet homme qui venait de la sauver et sauver sa jambe et cette confiance étrange qui l'habitait avec toi. Trouvera-t-elle une explication à ce lien étrange ? Une réponse ?



© Pando


You'll love me at once, the way you did once upon a dream
I know you, I walked with you once upon a dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 12/01/2015
❦Doublons : 202
❦Sortilèges lancés : 266
❦Magic Formula :



MessageSujet: Re: Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -    Jeu 19 Fév - 20:05






Hadès & Alice


Père Fille Mode D'emploi.


Ma fille me semble aux prises avec ses pensées. Son regard semble se perdre de plus en plus loin de moi. A quoi peut-elle bien penser ? Me prend-elle pour un genre de fou ? Je l'ignore, mais en tout cas je me sens un peu rassuré qu'elle ne me fuit pas maintenant qu'elle est totalement guérie. Mes dons ont l'air d'avoir fait remonter en elle de pénible souvenir qui font durant quelques instant passer sur son doux petit visage un voile de peur qui ne plait nullement ! J’imagine aisément à cet instant à qui elle doit penser. A cette ignoble sorcière Cora ! Sa grand-mère en personne qui a lâchement tenté de la tuée pour obtenir plus de pouvoir encore ! Je ne prétendrais jamais être tout blanc, mais pour rien au monde je ne ferais de mal à un enfant ! Les êtres innocents doivent être protégé et quiconque ose faire de mal à ses être pure et merveilleux mérite à mes yeux la pire des mort !  

Le regard bleu, doux et enfantin  de ma fille se plonge dans le mien d'un bleu semblable mais teinté de cette pointe de douleur que la connaissance de la vie à fait naître en leur cœur... Par l'enfer, je sens à nouveau mon cœur s'emballer, je n'ai qu'une seule envie là maintenant, me jeter dans ses petits bras et la serrer comme j'en ai toujours rêvé depuis toutes ses longues années ou mon frère m'en privé. Mais bien sur je m'en abstiens, pour rien au monde je ne voudrais qu'Alice puisse se m'éprendre et qu'elle me fuit !
J'ai attendu plus de 28 ans pour la voir et lui parler, je peux encore attendre un peu non ?

La douce petit voix d'Alice retentit à nouveau, aussi douce et fraîche qu'une petite bise d'été. Elle me remercie à sa manière d'avoir soigné sa jambe blessé en acceptant mon aide pour porter la belle biche qu'elle vient tout fraîchement de tuer à son campement qui se trouve bien comme je le pensais dans la forêt. Un petit sourire assez timide apparaît sur mes lèvres à l'entente de ses mots. Je me sens un peu bizarre. Je reçois si rarement de si gentils compliments...
-Oh ce n'est rien ma chère, je n'allais tout de même pas vous laissez vous vider de votre sang. Votre vole, ne méritait tout de même pas la mort.

La petite main d'Alice se tend à présent vers moi. Je la prends et je l'aide à se relever. Elle ne semble pas vouloir accepter ma cape, alors je la reprend et la glisse à nouveaux sur mes épaules. Elle a raison, il lui sera facile de recoudre son vêtement une fois à son camp. Je lui souris et accepte volontiers de la suivre.  

Une fois prêt de la biche, je l'admire, c'est une splendide bête, ma fille est vraiment surprenante. Je la fixe d'un regard remplit d'une fierté typiquement paternel et je lui dit d'une voix douce et calme :
-Tu es vraiment redoutable avec un arc. Dis-moi, mais qui t'as appris à chasser de la sorte ?
Je prends ensuite la biche encore chaude sur mes épaules et je suis à présent ma fille en direction de son camp. J'ai tellement hâte de découvrir son monde et la nouvelle vie qu'elle s’est créé. Et pour une fois, je ne serais pas à part, je ne serais pas un spectateur silencieux, non ! Cette fois je ferais totalement partie de sa vie et je ne laisserais plus rien nous séparer !

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 05/01/2015
❦Doublons : 121
❦Sortilèges lancés : 49
❦Magic Formula :



The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Sorcière/Demi-déesse
❦LOVE:
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -    Dim 22 Fév - 0:16




Alice & Hadès

Père & Fille, Le Mode d'Emploi








Cora , elle avait longtemps été la seule personne qui la réconfortait à sa manière. C'était étrange, contro-versée  et pourtant vrai. Elle n'était pas la femme la plus chaleureuse, la plus tendre et démonstrative des femmes. Mais elle avait été celle qui lui disait que tout allait bien, enfin c'était des mensonges. Mais cela avait réussi à calmer son coeur, bien que la nostalgie la prenait souvent. Cora avait déjà eu des sous-entendus étranges sur elle. Et puis cette fameuse potion qui s'était colorée en vert, une fois son cheveux dans le flacon de potion. C'était étrange, beaucoup de choses étaient étranges avec Cora mais elle avait été en quelque sorte, la grand mère qu'elle n'avait jamais eu dans sa vie. Une grand-mère cruelle qui avait tenté de la tuer pour plus de pouvoir. Le pouvoir, la cupidité rendaient les gens fous, complètement. Alice ne voulait pas devenir comme elle, comme les gens cruels et méchants. On pouvait dire qu'elle était un coeur pur et sincère. Mais si , elle devait un jour le devenir, pour sa famille, tuer quelqu'un pour sauver sa famille, le ferait-elle ? Allait-elle pouvoir arracher une vie pour en sauver une autre ? Alice se savait déterminée mais faire cela, il fallait que cela soit une grande menace, une grande méchante, Cora ou même un énorme dragon. Il fallait vraiment qu'une grande chose leur veuille du mal pour qu'elle sorte les griffes.

Oui, il fallait vraiment que quelque chose la pousse , que cela soit le pire dilemme de sa vie pour faire cela. Le mal était une chose horrible, quelque chose qui était malheureusement en nous, dans nous tous. Il était là , même dans son coeur bon et généreux, il y avait une part obscure, une part diabolique cachée dont elle s’efforçait à ce qu’elle reste dans l'ombre. Tout le monde avait de bon et de mauvais côté. Pas même Blanche-Neige qui se prétendait à être la plus belle, la plus généreuse et la plus blanche des personnes. Pourtant si sa belle-mère la haïssait ainsi, détruisait des villages, massacrait son peuple, sans qu'elle bouge un petit doigt pour trouver un terrain d'entende, afin que la guerre cesse. Même Blanche-Neige , la prétentieuse avait une ambiguïté et avait fait des choses horribles envers sa belle mère. Une rancoeur ne venait jamais toute seule, une haine aussi puissante comme celle de la Méchante Reine, non plus.

Alice te regardait faire avec un doux sourire, c'était la première fois qu'on lui disait ça. Oui, elle volait aux riches cupides pour donner aux peuples qui en avaient le besoin mais beaucoup de ses méthodes avaient quand même eu le temps de faire ses preuves. Elle était tout de même une paria, enfin presque. Une voleuse, une moins que rien. Elle haussait un sourcil en secouant la tête, l'air taquin. A Sherwood, un vol était le synonyme d'une mort.

-Ce n'est pas ce qu'ils disent par ici. Un vol signifie la mort si on se fait prendre, à Sherwood, sourit-elle doucement.

Ils s'approchaient de la belle bête et Alice serra ta main, c'était étrange, elle se sentait en sécurité et en confiance avec toi.  La belle jeune fille eut un sourire en refusant ta cape, le froid cela allait, Alice en était habituée en dormant dans la forêt pendant des années, cela ne lui faisait plus rien. Dormir avec une couette et des vêtements chauds, il faisait froid même en hiver dans une tente. Alors le froid ne venait pas la perturber. Alice se chauffait rapidement.  

- Je suis habituée au froid, gardez votre cape, s'enquit-elle d'une voix cristalline.

Un sourire venait faire rougir ses belles pommettes et faire pétiller ses yeux face à ton compliment. Alice sourit et regardait  la biche qu'elle avait tué, cela lui avait fait mal au coeur de la voir ainsi, elle était peut-être une mère , elle avait peut-être des petits, cela lui faisait mal. Alice secouait la tête pour chasser cette pensée avant de te regarder pour te répondre. C'était le grand cycle de la vie, il en était ainsi.

- Mon père de substitution, Robin des Bois, il m'a recueilli lorsque j'étais devenue une orpheline, s'enquit-elle avec nostalgie. Il m'a appris tout ce que je sais presque sur le monde, ajouta-t-elle avec de l'admiration.

Alice avançait vers le campement en te regardant, elle se sentait en confiance avec toi, aussi étrange que cela puisse paraître, un lien indéfinissable et une alchimie infinie entre eux.





© Pando


You'll love me at once, the way you did once upon a dream
I know you, I walked with you once upon a dream.


Dernière édition par Alice Knightley le Jeu 26 Mar - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 12/01/2015
❦Doublons : 202
❦Sortilèges lancés : 266
❦Magic Formula :



MessageSujet: Re: Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -    Mer 11 Mar - 11:22






Hadès & Alice


Père Fille Mode D'emploi.


La mort pour un simple vole ? Si seulement Alice savait qui je suis en réalité, elle ne redouterait pas la mort ! Personne ne lui fera jamais plus de mal ! Tant que moi, je vivrais dans ce monde ou dans l'autre, je ne laisserais plus personne lui faire de mal ! Elle a l'air en bonne santé, plus en tout cas que la dernière fois où je l'ai vue. Il faut dire qu'elle était en mauvaise posture avec la vieille sorcière Cora qui menaçait de prendre son cœur, comme celui de ses amies avant elle. Quand je pense à cette garce de Cora, je sens mon sang bouillir à l'intérieur de moi ! J'aurais dû lui arracher le cœur et le faire rôtir sous ses yeux ! Il n'est d'ailleurs pas trop tard pour le faire ! Mais d'abord, je dois veiller sur Alice, puis la vengeance sera donnée comme il ce doit dans le sang et les flammes de l'enfer !

Soudainement alors que je prends la biche sur mes épaules, je sens la main de ma fille se poser dans la mienne. Je la fixe d'un regard doux et je lui souris sans la lâcher. On se connaît depuis si peu de temps et elle a déjà assez confiance en moi pour oser le contact. C'est une sensation bizarre, comme une fine caresse fraîche, je sens monté en moi une émotion nouvelle, un amour infinie et un instinct de protection. Je me sens heureux comme jamais auparavant, je ne l'ai été.

Elle me parle ensuite d'un certain Robin des Bois qui lui aurait appris la chasse et qui prendrait actuellement soin d'elle. Un mélange de jalousie et de reconnaissance se fait alors sentir en moi. Et dire qu'un autre a pris soin d'elle à ma place ! C'est injuste !  Mais en même temps, je me dois de lui en être reconnaissant. C'est sans doute grâce à lui que ma fille se porte si bien. Mais ce qui me dérange le plus en fait, c'est cette admiration que j'entends dans sa voix quand elle me parle de lui ! Aura-t-elle un jour pour moi cette même admiration ? Quand elle saura la vérité, voudra-t-elle toujours tenir ma main dans la sienne ? Voudra-t-elle encore me parler ? Me laissera-t-elle une chance de l'aimer et d'être peut-être aimé d'elle en retour ?

Le camp se dessine à présent face à nous. Alice semble si heureuse d'être parmi les siens, car oui, elle est chez elle ici à n'en pas douter... Je me tourne à présent vers elle la fixant de mes yeux bleu clair toujours aussi doux et bienveillant :
-Alors c'st ici que tu vie ? Me feras tu l'honneur d'une visite des lieux en ta compagnie ? Et surtout dis moi ou je peux poser ta proie, il faut vite s'en occuper ou la viande va s'abîmer.
J'ai grand hâte de découvrir l'endroit ou à vécu ma fille et où elle s'est épanouie.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

❦Entrée : 05/01/2015
❦Doublons : 121
❦Sortilèges lancés : 49
❦Magic Formula :



The Logbook of the Adventurer.
❦RACE: Sorcière/Demi-déesse
❦LOVE:
❦INVENTAIRE:

MessageSujet: Re: Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -    Jeu 26 Mar - 16:07




Alice & Hadès

Père & Fille, Le Mode d'Emploi







Cet homme était étrange, il la regardait avec une telle admiration que cela l'effrayait beaucoup. Ou l'intriguait. Il la regardait comme si il l'avait déjà rencontré. Mais Alice en était sûre, un homme avec une telle prestance et une richesse de malade, elle s'en saurait souvenue, ou elle l'aurait volé. Et si c'était un piège ? Si il voulait savoir leur cachette pour attirer les gardes chez eux et les arrêter pour du vol. Non, il avait l'air sincère, cela se voyait dans son regard, son visage, il avait l'air sincère et bon, pas envers tout le monde mais avec elle, en tout cas oui. Ils marchaient dans la forêt, Alice, aux aguets. Depuis qu'elle vit dans la forêt, la jeune fille avait appris les règles de survie. Non pas celle des égoïstes qui disaient, chacun pour soit. Non, celle d'être toujours aux aguets et d'observer aux alentours, traquer et même pêcher mais avec l'eau, elle se sentait mal à l'aise. Maintenant dès qu'elle voyait un lapin blanc, elle tirait sur celui-ci. Elle en était devenue presque phobique mais avec l'expérience qu'elle avait vécu et les conséquences de celle-ci, valait mieux pas qu'une autre petite fille ou même Roland refaire la même erreur qu'elle.

Robin l'avait en quelque sortes, rassurée, pris soin d'elle et lui avait appris les maniements des armes et de se battre lorsqu'il le fallait, elle avait même appris à guérir certaines blessures grâce aux plantes spéciales dans la forêt. Parfois, elle aimait s'évader, galoper à cheval ou même partir dans la forêt pour voyager, rêvasser d'un monde où elle ne mettrait jamais les pieds. Elle aurait aimer voir ce qu'était la noblesse , la royauté, les belles robes des filles, danser, les plats succulents, la musique parfois entraînante. Etre une fille normale, qui goûterait quelque aux vices de ce rang renommé. Comme toutes les filles, elle aurait aimé porter de belles robes colorées faîtes dans des tissus aux prix faramineux. Elle aurait aimé se trouver un beau cavalier, un prince charmant avec qui danser mais elle ne se plaignait pas de sa vie. Elle n'était pas du luxe, elle était énigmatique, et dangereuse mais au moins tu avais une liberté avec celle-ci. Le confort du luxe et le froid étaient le prix à payer pour cette liberté enivrante.

-Oui, j'en suis sûre que ma vie n'est pas aussi captivante que la votre, enfin celle de la noblesse. Mais si vous y tenez tant ! Dit-elle en marchant vers le campement.

Elle salua Petit Jean et lui demanda de prendre en charge la bête qu'elle avait tué en le taquinant sur le fait, qu'elle était une fille et qu'elle avait battu niveau archère. Alice avait beau l'air innocente et belle, mais elle restait une combattante loyale et une excellente archère. Elle te fit un signe de tête avant de te présenter son petit frère Roland de la main et te fit visiter. Quelque minutes plus tard, elle se tournait vers toi, en ayant fait le tour du campement.

-Venez, on va chercher de l'eau ! S'exclama-t-elle. Il faut faire à manger, ajouta-t-elle avant de reprendre. Je peux vous poser une question ?

Alice était d'une nature curieuse et franche, elle était sincère et parfois, elle n'était pas très diplomate mais elle voulait vraiment savoir ce qu'était la vie de luxe et décadente de la noblesse.




© Pando


You'll love me at once, the way you did once upon a dream
I know you, I walked with you once upon a dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -    

Revenir en haut Aller en bas
 

Père & Fille , Le Mode d'Emploi - Alice & Hadès -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mode d'emploi du lapin à oreilles longues [règles]
» Anneau Unique et Anneaux de Pouvoir : mode d'emploi.
» Mode d'emploi du forum
» Mode d'emploi de la section
» Chatbox: Mode d'emploi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Last Hope ::  :: Les bois mystérieux :: La forêt de Sherwood-